Existe-t-il des aliments transformés sains ?

Avoir un régime alimentaire sain préserve l’homme tout au long de sa vie de grand nombre de maladies et pathologies non-transmissibles. Les aliments sains sont suspectés de contribuer à la dégradation de la santé de l’homme. Cette revue vous apporte toutes les informations bonnes à savoir sur ce type d’aliment.

Qu’est-ce qu’un aliment transformé ?

Des chercheurs de l’Université de Sao Paulo au Brésil ont introduit en 2010 la notion d’aliment transformé et ultra transformé. Ceux-ci distinguent en fonction de leur degré de transformation trois catégories d’aliments que sont : les aliments bruts qui sont des produits à l’état bruit, les aliments transformés et les aliments ultra-transformés.

Les aliments transformés sont des produits qui ont subi un léger traitement. Ce traitement ne modifie pratiquement pas leurs propriétés et permet de les conserver. Comme aliments transformés, on distingue les poissons, les fruits en conserve, les jambons cuits, les légumes, les poissons fumés, les fromages et les pains, obtenus à partir d’une fermentation…

Par contre les aliments ultra transformé sont de produits industriels composés de nombreux ingrédients qui rendent difficile l’identification de l’aliment principal dont ils sont issus. Ils sont obtenus à partir de traitements plus agressifs, qui changent leur impact nutritionnel ou par mélange de multiples ingrédients dont certains produits comme les protéines de pois, gluten, sirop de glucose fructose, matières grasses hydrogénées, seraient totalement absents d’un repas de maison.

Quels aliments transformés peuvent être bons pour notre santé ?

Aucun aliment n’est néfaste à la santé dès le moment où sa consommation n’est pas en excès et où il apporte un apport calorifique à la santé. Les aliments transformés ne sont pas à exclus de l’alimentation, mais il faut juste les modérés.

Les hommes consomment plus d’aliments très caloriques, en sucres libres ou en sel/sodium, riches en graisses. Plusieurs d’entre eux ne mangent peu de fruits, de légumes, et de fibres alimentaires qui sont essentielle pour la santé.

L’Organisation mondiale pour la Santé (OMS) recommande de consommer des légumes à tous les repas ; de prendre des fruits et des légumes frais de saison, de manger des fruits frais et des légumes crus. Ils mettent aussi l’accent sur la diversification des fruits et les légumes consommés. Dans le cas des aliments transformés, l’organisation a fait plusieurs recommandations. Premièrement, il faut diminuer la consommation des aliments qui comportent plus de graisse de façon que les apports totaux en graisses soit à moins de 30 % de l’apport énergétique total. Pour ce faire, il préconise de cuire à la vapeur ou faire bouillir plutôt que frire les aliments. De même, il faut limiter la consommation d’aliments cuits au four et frits, ainsi que d’en-cas et d’aliments pré-emballés comme les beignets, des gâteaux, des biscuits et des gaufres qui contiennent des acides gras trans industriels. D’une part, il faut limiter la consommation excessive en sodium en limitant la quantité consommée de sel et de condiments à forte teneur en sodium. D’autre part, il faut réduire la consommation des aliments qui ont une forte teneur en sucre libres. Il s’agit, entre autres, des boissons non-gazeuses, des jus de fruits ou de légumes, les boissons sucrées, …etc

Voici quelques règles pour bien choisir des aliments transformés qui ne seront pas néfastes à la santé :

  • il faut éviter la consommation des repas composés des matières grasses partiellement hydrogénées, car ces matières grasses sont sources d’acides gras trans qui sont nocifs d’un point de vue cardiovasculaire.
  • lorsque vous avez deux produits similaires sous la main, choisissez celui qui comporte le moins d’additifs et le moins salé qui sont composé de l’huile de colza plutôt que l’huile de palme, du sucre plutôt que celui qui renferme de sirop de glucose ou de glucose fructose.
  • consommez davantage les produits bio pour lesquels la liste d’additifs autorisée est limitée à 48 contrairement pour les aliments ordinaires qui peuvent atteindre 400.
  • substituer autant que possible les produits transformés par des produits moins transformés, tout aussi rapides à cuisiner et agréables à consommer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here