Le chocolat noir peut être un aliment bénéfique pour notre corps : il est riche en flavonoïdes, en puissants antioxydants et aide à prévenir les maladies cardiovasculaires, l’hypertension, l’insomnie, la dépression et plus encore : il protège également du diabète de type 2 et du cholestérol. Mais nous allons en savoir plus sur les effets bénéfiques et les contre-indications.

Tous savoir sur le Chocolat noir

Le chocolat noir peut être un aliment bénéfique pour notre corps : il s’agit de celui composé d’au moins 45% de pâte de cacao, à préférer au chocolat au lait ou au chocolat blanc. Il est riche en flavonoïdes, en puissants antioxydants et aide à prévenir les maladies cardiovasculaires, l’hypertension, l’insomnie, la dépression et plus encore : il protège également contre le diabète de type 2 et le cholestérol. Cependant, il est important de choisir le bon chocolat noir et de le consommer en quantité adéquate. Découvrez les bienfaits du chocolat noir et dans quels cas il est contre-indiqué.

Pourquoi préférer le chocolat noir ?

Comparé au chocolat au lait et au chocolat blanc, le chocolat noir est plus précieux et contient moins de calories, de sucres et de graisses saturées. En effet, il est produit avec au moins 45% de masse de cacao et plus de 25% de beurre de cacao. Ceux qui veulent profiter des avantages du chocolat doivent donc s’habituer au goût amer bénéfique du chocolat noir, renonçant à l’onctuosité du chocolat blanc et du chocolat au lait, deux variantes qui contiennent un très faible pourcentage de flavonoïdes, puissants antioxydants dont le noir est riche. Plus le pourcentage de cacao est élevé, plus la présence de flavonoïdes est importante : une tablette de 100 g de chocolat noir contient environ 50 mg, la même quantité de chocolat au lait en contient environ 10 mg, et dans le chocolat blanc le pourcentage est nul.

Les bienfaits du chocolat noir

Pour que le chocolat noir soit bénéfique pour le corps et l’esprit, il est important de choisir celui qui contient au moins 70% de cacao, en consommant une quantité quotidienne d’environ 10-15 grammes, ou 30 grammes si consommé sporadiquement. Grâce à sa teneur en flavonoïdes et en polyphénols, le chocolat noir protège le cœur, car il garde les artères souples, tout en luttant contre l’hypertension. La teneur en théobromine a également un effet cardiostimulant, prévenant les crises cardiaques. Le chocolat noir a aussi une action antidépressive, il contient du tryptophane, une substance qui stimule la production de sérotonine, l’hormone du bonheur. Cet effet bénéfique affecterait également le sommeil, en assurant un meilleur repos nocturne : il suffit de ne pas dépasser en quantité, car le chocolat contient également une petite quantité de caféine qui peut provoquer un état d’euphorie passagère.

La teneur en flavonoïdes, d’autre part, réduit le taux de glycémie en augmentant le bon cholestérol HDL et en diminuant le mauvais cholestérol LDL et les triglycérides. La consommation de chocolat noir supplémentaire aiderait également à prévenir le diabète de type 2 et à combattre l’insulinorésistance. S’il est consommé en quantité suffisante dans le cadre d’un régime hypocalorique, le chocolat contribue également à la perte de poids : les fibres contenues dans le chocolat noir, en effet, diminuent la sensation de faim. La bonne règle est donc de ne pas dépasser dans la consommation, en se rappelant que c’est toujours un aliment qui contient des graisses et des calories.

Quand est-il contre-indiqué de manger du chocolat noir ?

Le chocolat noir, en plus de ses nombreux bienfaits, est contre-indiqué dans certains cas : il n’est pas recommandé pendant la grossesse, l’allaitement et chez l’enfant de moins de 3 ans, en raison de son effet stimulant. Comme il s’agit d’un aliment qui contient des graisses, il est contre-indiqué pour les personnes souffrant d’une maladie du foie, car il peut causer une tension au foie. Elle peut aussi favoriser l’apparition de migraines, à cause de la sérotonine : évitez donc d’en consommer si vous souffrez de maux de tête. Le chocolat noir pourrait également créer une dépendance en raison de la présence de substances telles que la tyramine et la phényléthylamine, et sa consommation devrait être limitée en cas de reflux gastro-oesophagien, de gastrite, d’ulcères et de syndrome du colon irritable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here