Arrêt cardiaque, comment analyser les signes ?

De nos jours, les maladies cardiovasculaires constituent la majorité des cas de mortalité. L’arrêt cardiaque s’entend comme l’interruption inattendue et brutale du fonctionnement du cœur. Le cœur ne fonctionnant plus, le sang ne transporte plus l’oxygène ni vers lui ni vers le cerveau. Il survient à la suite de la complication d’un accident cardiaque, notamment l’infarctus ou d’autres anomalies propres au cœur. Toutefois, lorsqu’on est attentif aux premiers signes de l’arrêt cardiaque, des vies peuvent être sauvées.

Comment reconnaître un arrêt cardiaque ?

L’arrêt cardiaque vient généralement d’une crise cardiaque. Il s’agit du rétrécissement et de l’obstruction d’un vaisseau sanguin proche du cœur. L’application SAUV Life peut vous être utile pour avoir des informations essentielles sur le sujet. Ce phénomène entraîne un véritable manque d’oxygène pour le muscle cardiaque, qui peut aller jusqu’à la mort. Il est important de déceler les premiers signes de l’arrêt cardiaque très tôt pour éviter le pire. Rares sont ceux qui sont conscients qu’ils sont en train de faire une crise cardiaque. Ils attribuent très vite les symptômes de l’arrêt cardiaque à une autre maladie. Les personnes, qui sont sur le point de faire un arrêt cardiaque, présentent des symptômes variés. Ils peuvent ressentir de la douleur à la poitrine, accompagnée de serrements, de brûlure, de pression, etc. D’autres peuvent avoir des vertiges, des étourdissements, de la fatigue et une sensation d’inconfort dans le cou et le bras.

Les douleurs dans la poitrine qui irradient

Un des premiers signes d’un arrêt cardiaque est les douleurs dans la poitrine qui se manifestent généralement par des sensations de serrements, de coup de poignard, et de poids dans la poitrine. Ces douleurs peuvent se propager dans le cou et dans le sternum, en étant diffuses ou bien localisées. Plusieurs causes peuvent expliquer les douleurs dans la poitrine, dont celles cardiaques qui sont les plus graves. Les douleurs dans la poitrine provenant d’un problème cardiaque se manifestent par une sensation d’inconfort général et d’étouffement. Le souffrant peut ainsi ressentir une intense douleur qui irradie dans la mâchoire, les bras, les épaules et le cou. Cette douleur peut durer plusieurs minutes. Elle diminue lorsqu’on est au repos, mais peut s’empirer au cours d’un effort physique. Les douleurs dans la poitrine peuvent avoir leur origine dans un manque d’irrigation du cœur par le sang. Cela est souvent dû à une obstruction des vaisseaux responsables de l’irrigation du cœur. La conséquence est que l’activité physique se trouve limitée et on assiste aussi à une augmentation du stress.

L’essoufflement

L’essoufflement est un autre signe d’arrêt cardiaque. Il survient après un grand effort physique et se manifeste par un accroissement du mouvement et de la vitesse respiratoires. Le problème devient sérieux lorsque l’essoufflement vient à la suite d’un petit effort ou même sans aucun effort. Cette affection peut s’aggraver en s’accompagnant d’autres symptômes tels que l’œdème des jambes ou encore des douleurs intenses à la poitrine. L’essoufflement est lié non seulement à des pathologies respiratoires, mais aussi et plus grave à des troubles cardiaques. Lorsque l’essoufflement survient brutalement, il est conseillé de vite appeler les secours, car cela pourrait s’agir d’un signe annonciateur d’un arrêt cardiaque. Les conséquences de l’essoufflement sont la difficulté de mouvoir ou de se déplacer. Ainsi, il sera difficile de monter les escaliers, ou de se chausser simplement ou encore de faire le ménage. Il est alors recommandé une prise en charge rapide et adaptée qui pourra freiner les symptômes.

L’état de faiblesse avec sudation

Un autre signal d’arrêt cardiaque peut être l’état de faiblesse. Il s’agit d’un malaise qui se produit sans que le souffrant ne perte connaissance. Elle est à distinguer de la syncope qui s’accompagne d’une perte de connaissance courte et brutale. L’état de faiblesse avec sudation est dû à une diminution du volume du sang dans le cerveau. Les causes les plus courantes sont une chaleur intense, le stress, l’angoisse, une crainte excessive, une déshydratation, l’anxiété. La fatigue générale, la prise de certains médicaments, un état hypoglycémique, un choc émotionnel sont autant de causes à ce problème. L’état de faiblesse avec sudation se manifeste par des troubles de la vision et de l’audition, de grosses sueurs et des bouffées de chaleur. La sensation de malaise peut même s’accompagner de vives douleurs à la poitrine qui peut déboucher sur un arrêt cardiaque. Pour remédier à ce malaise, on peut recourir selon le cas au sucre, à une hydratation, au repos ou à la relaxation.

La perte de connaissance

Enfin, la perte de connaissance est également un signal d’arrêt cardiaque à prendre en compte. Elle survient consécutivement à une chute de l’apport en sang et en oxygène au cerveau. Elle est courte et soudaine et peut durer jusqu’à 30 minutes. Généralement, la perte de connaissance est précédée d’une sensation de faiblesse et des vertiges avant de plonger le souffrant dans un état d’inconscience. Lorsqu’elle est d’origine cardiaque, quelques troubles sont responsables de la diminution du sang et de l’oxygène dans le cerveau. Il s’agit de l’infarctus, de l’arythmie, de la bradycardie, de la tachycardie, etc. La perte de connaissance peut engendrer, à la suite d’une chute, des contusions, des fractures, des plaies ou des hémorragies. Lorsque la perte de connaissance est longue, elle peut engendrer un coma ou des lésions cardiovasculaires ou cérébrales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here