Assurance décès : Quand souscrire ce type de contrat ?

0
35

L’assurance décès a été pensée pour préserver vos proches d’éventuels problèmes de trésorerie au moment de votre disparition. Avec cette protection, il est également possible de constituer un capital pour financer les études et les projets de vos enfants. Dans les deux cas, vous aurez besoin de signer un contrat de prévoyance et de préciser les modalités de versement de l’indemnisation des bénéficiaires.

Qu’est-ce qu’une assurance décès ?

L’assurance décès est un contrat de prévoyance visant à protéger votre conjoint et vos enfants de l’impact financier de votre disparition. Elle permet notamment de faire face aux charges liées à votre décès (obsèques et succession) et aux dépenses courantes du ménage, malgré la perte de vos revenus. Après votre décès, vos proches percevront en effet une somme ou une rente convenue au préalable avec un organisme comme AÉSIO mutuelle.

Concrètement, l’organisme d’assurance et de prévoyance s’engage à indemniser vos proches au moment de votre disparition. Vous devrez, en contrepartie, régler une prime mensuelle ou annuelle pour constituer votre capital décès. Par ailleurs, cette somme peut être versée sous la forme d’un capital ou d’une rente, en fonction du contrat. Vous devrez seulement préciser votre préférence à la souscription.

Le contrat de prévoyance décès est souvent confondu avec l’assurance-vie en raison de la terminologie utilisée dans certains pays francophones. Cela dit, l’assurance-vie renvoie à un placement financier en France. Vous devez donc distinguer ces deux types de contrats. L’assurance décès consiste foncièrement à cumuler un capital qui sera reversé en une seule ou en plusieurs fois à vos proches après votre mort. De son côté, l’assurance-vie est un investissement avec un rendement variable.

Contrairement à l’assurance-vie, vous ne pouvez pas faire partie des bénéficiaires de votre assurance décès. Il s’agit effectivement d’une indemnisation pour les proches survivants, que ce soit votre partenaire ou vos enfants. Enfin, la prévoyance décès représente généralement un investissement à fonds perdu, car vos cotisations ne seront pas nécessairement reversées. Tout dépendra en définitive des clauses du contrat d’assurance décès (temporaire, à vie, couvrant des risques spécifiques…).

Assurance décès : pour qui ?

Vous pouvez, en principe, souscrire une assurance décès à partir de 18 ans (ou 16 ans selon l’activité) jusqu’à 75 ou même 80 ans. L’âge limite d’adhésion varie surtout en fonction du contrat, du secteur et de l’assureur. Vous devrez alors prêter attention à cette condition en choisissant votre interlocuteur et votre contrat de prévoyance. La souscription peut aussi être soumise à certaines conditions relatives à votre état de santé et à votre mode de vie (tabagisme, sédentarité, témérité, etc.).

Néanmoins, le mode de vie n’est pas nécessairement une condition d’exclusion. Il peut seulement influer sur le coût de la cotisation et la durée de la couverture. Par exemple, l’assureur peut appliquer une prime plus élevée aux fumeurs en raison du risque de décès précoce associé. Il en est de même pour les personnes pratiquant des sports extrêmes ou à risque (parachutisme, escalade, plongée, alpinisme…).

Les conditions de souscription dépendront ainsi de votre situation personnelle et de votre assureur. En tout cas, votre espérance de vie sera évaluée selon vos habitudes et votre état de santé globale. Cette analyse permettra de déterminer le niveau de risque à couvrir, le coût de la cotisation (prime) et le montant du capital décès. Les clauses d’exclusion varieront également en fonction de l’offre souscrite. Il peut s’agir entre autres de suicide, de maladies chroniques, d’accidents causés par un sport…

À quel âge souscrire une assurance décès ?

Il n’existe pas réellement d’âge idéal pour prendre une assurance décès. Cela dit, il vaut mieux souscrire au plus tôt afin d’accumuler un capital décès plus conséquent et d’étaler les primes sur plusieurs années. Cette stratégie permet aussi de souscrire des garanties supplémentaires entretemps pour améliorer l’indemnisation de vos proches. De cette manière, vous constituerez petit à petit un capital suffisant pour mettre votre famille à l’abri du besoin au moment de votre décès.

Vous devez, en revanche, surveiller de près l’âge limite de souscription de certaines offres de prévoyance décès. En effet, l’assureur peut exclure les seniors de certains types de contrats. Cette mesure peut, par exemple, s’appliquer aux 70 ans et plus ou encore aux personnes de plus de 65 ans. De ce fait, il est nécessaire de s’informer sur les conditions de souscription (âge, travail, état de santé, style de vie…) auprès de l’organisme de prévoyance.

Concernant les garanties supplémentaires, cette montée en gamme est possible au fil de l’augmentation de vos revenus. L’évolution de vos ressources permettra à terme de choisir une couverture plus performante pour vos proches survivants. Selon votre situation et votre contrat, vous pourrez même étendre l’assurance à différentes causes de décès, jusqu’à votre disparition, à n’importe quel âge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici