Les chutes à domicile : fléau chez les séniors

Santé Les chutes à domicile : fléau chez les séniors

Les chutes à domicile sont de plus en plus fréquentes chez les personnes âgées. En France, on enregistre 400 000 cas parmi les séniors de plus de 65 ans avec près de 10 000 décès. C’est à ce jour la première cause de mortalité chez les personnes du troisième âge. Pouvoir prévenir ces chutes ou tout du moins faciliter une intervention rapide est alors indispensable. Mais comment faire ? Découvrez dans cet article quelques solutions à ce problème.

Les chutes à domicile des séniors : un danger alarmant

Les chutes à domicile des séniors peuvent occasionner de graves problèmes de santé et même engager leur pronostic vital. Les déficiences visuelles et motrices sont souvent en cause. L’incidence est encore plus élevée si la victime est plus âgée. Ainsi on enregistre :

  • 35 % de cas chez les personnes âgées de 65 à 79 ans ;
  • 45 % chez les séniors de 80 à 90 ans ;
  • 55 % chez les plus de 90 ans.

Les chutes sont l’une des premières causes de la perte d’autonomie chez les séniors. Ainsi, 40 % des personnes âgées qui ont été hospitalisées suite à une chute se retrouvent dans l’incapacité de retourner chez elles.

Les conséquences souvent associées à ces accidents peuvent être physiques et psychologiques :

  • Traumatisme crânien ;
  • Fractures diverses, notamment celle du col du fémur ;
  • Luxations et contusions ;
  • Réduction de l’activité physique par crainte d’une rechute ;
  • Démultiplication des risques d’une nouvelle chute ;
  • Crise d’angoisse ou de panique.

Ces conséquences peuvent être encore plus graves si aucune intervention d’urgence n’est effectuée.

Intervention rapide en cas de chute des séniors : les objets connectés à la rescousse

Les chutes chez les séniors peuvent être imprévisibles. Le risque zéro n’existe pas. Il convient alors de réduire sensiblement le temps d’intervention afin de minimiser les conséquences. C’est en cela que réside tout l’intérêt de certains objets connectés comme Nirbi qui sont capables de détecter rapidement les chutes et de lancer une alerte.

chute

Ces appareils connectés visent à favoriser l’autonomie des séniors, en particulier ceux qui vivent seuls. Ils disposent de nombreuses fonctionnalités à cet effet :

  • Un bouton SOS déclenchable par le sénior en cas de chute sans perte de connaissance ;
  • La détection automatique de chute ;
  • La détection de la sortie d’une zone prédéfinie ;
  • La géolocalisation (GPS) ;
  • L’émission et la réception d’appels ;
  • La réception de messages SMS.

La configuration de l’objet connecté se fait en général depuis le téléphone de l’aidant. Leur autonomie est sans cesse améliorée. Ainsi, certains peuvent tenir jusqu’à dix jours. Les algorithmes de détection de chute utilisés par ces objets connectés sont de plus en plus aboutis. Certains arrivent donc facilement à distinguer les chocs mécaniques des chutes libres. Cette distinction permet d’éliminer un grand nombre de faux positifs, l’une des faiblesses de ce type d’appareil.

Prévenir les chutes à domicile des séniors

On ne le dira jamais assez, la meilleure façon d’éviter les chutes des personnes âgées est la prévention. Celle-ci passe notamment par une réadaptation de la maison et l’adoption d’une bonne hygiène de vie.

Réadapter le cadre de vie pour limiter les risques de chute

Qu’il s’agisse d’un appartement ou d’une maison, plusieurs facteurs de risques existent et il convient de les réduire au maximum.

L’éclairage : démultipliez les lampes

Nombreux sont les séniors qui présentent des problèmes de vision. Ainsi, éclairer davantage l’intérieur pourra réduire les zones d’ombre, les aider à mieux entrevoir les obstacles et les éviter. Il est préférable de choisir des ampoules qui diffusent de la lumière blanche.

Par ailleurs, les interrupteurs doivent être placés à des endroits stratégiques afin d’éviter les déplacements dans le noir. Ils doivent se retrouver près des portes d’accès. Dans la chambre, un interrupteur devra également être accessible depuis le lit.

Le revêtement : utilisez les antidérapants

Les revêtements lisses pour la chambre, la cuisine, la douche ou encore le salon sont à proscrire. Il serait préférable d’installer un revêtement antidérapant. Le recouvrement des escaliers par un revêtement similaire est tout aussi important. Il est également possible de recouvrir leurs bords d’une bande claire ou phosphorescente.

Et puisqu’on n’est jamais assez prudent, l’utilisation systématique de chaussures à semelles antidérapantes est plus que recommandée.

La libre circulation : évitez les encombrements

Les espaces de circulation dans la maison doivent être bien délimités et désencombrés. Pour cela, les fils électriques de la maison doivent être fixés au mur. Si certains meubles gênent la circulation, il est également préférable de les changer de place.

L’accessibilité : rangez les objets les plus utilisés

Ranger les objets les plus sollicités à un endroit proche évite la prise inutile de risques liés aux déplacements dans la maison. Prévoyez un emplacement fixe pour chacun d’eux (télécommande, téléphone…).

Les points d’appui : multipliez-les

Rampes et barres d’appui sont très utiles pour vous redresser, vous asseoir ou encore marcher dans les escaliers. Multipliez-les aux endroits où elles seront le plus utiles (baignoire, escaliers, lits…). Ils doivent toutefois être bien fixés pour ne pas constituer un risque supplémentaire.

Adopter de saines habitudes de vie

L’alimentation, base d’une hygiène de vie adéquate est malheureusement négligée par beaucoup de séniors. Cela peut favoriser les vertiges qui augmentent les risques de chute. Une alimentation équilibrée est recommandée. Les aliments riches en protéines, vitamine D et calcium par exemple sont recommandés pour le maintien des muscles et des os. L’apport énergétique journalier (2000 kcal chez les hommes et 1800 kcal chez les femmes) doit également être suffisant.

alimentation sénior

De plus, la pratique régulière d’une activité physique modérée comme la marche ou la gymnastique douce est conseillée. Elle permet de maintenir les réflexes, de réduire la fonte musculaire et la perte d’équilibre.

Par ailleurs, la prise de l’alcool doit être limitée. Ce dernier altère souvent les facultés sensorielles déjà faibles chez les séniors. Le risque de chute est ainsi accru. Enfin, il est important de planifier une visite régulière chez l’ophtalmologue. Elle permet de conserver une vision correcte, indispensable pour éviter les accidents à domicile.

En définitive, les chutes à domicile sont assez fréquentes chez les séniors. Les conséquences sont graves, mais peuvent être réduites grâce à l’utilisation d’appareils connectés. La prévention est la solution ultime et passe par un réaménagement de la maison et l’adoption d’une bonne hygiène de vie.