Tout savoir sur les différents types de dépendances (chimique, comportementale, etc.)

Santé Tout savoir sur les différents types de dépendances (chimique, comportementale, etc.)

Les dépendances et addictions sont une forme de maladie qui se manifeste par un besoin irrésistible d’absorber une substance ou d’adopter certains comportements. Ces actions se font de manière habituelle ou répétée, pour retrouver le bien-être. Si les désirs en question ne sont pas assouvis, la personne sera sujette au manque.

La dépendance peut se présenter sous différentes formes. Plus précisément, il existe plusieurs types d’addictions. Dans cet article, découvrez les différentes dépendances qui peuvent se développer chez un individu. Tour d’horizon !

Qu’est-ce qu’une dépendance et une addiction ?

Les dépendances et addictions se traduisent par une envie irrésistible de consommer certaines substances ou d’adopter des comportements addictifs. Ces conduites à risque enclenchent des effets physiques et psychiques chez la personne, lui procurant plaisir ou bien être pendant quelque temps.

Ces comportements ont un impact direct sur le système nerveux en ralentissant le fonctionnement du cerveau et du corps. L’arrêt ou la diminution des dépendances et addictions créent donc le syndrome de manque. Celui-ci se manifeste par différents symptômes physiques et mentaux tels que :

  • L’anxiété ;
  • La fatigue ;
  • Les sueurs ;
  • Les vomissements ;
  • La dépression ;
  • Les convulsions ;
  • Les hallucinations.

Quelles sont les différentes formes de dépendances et addictions

Les produits que vous consommez quotidiennement comme le café, l’alcool, les cigarettes sont classés parmi les excitants entraînant une dépendance ordinaire et des troubles du comportement. L’addiction peut aussi provenir d’autres stimulants (cocaïne, marijuana, cannabis, etc.).

Dépendance à l’alcool

La dépendance à l’alcool est un phénomène qui concerne plus les hommes que les femmes. Elle commence souvent par une petite consommation d’alcool avant de s’aggraver.

Shutterstock, Inc.

Au fur et à mesure que la personne boit, le besoin s’intensifie et l’envie d’alcool est alors de plus en plus forte et régulière. Dans ce cas, elle devient alcoolique et dépendante, consommant plus pour retrouver les effets désirés.

Comme chez la plupart des toxicomanes, l’envie ne se limite plus à la recherche de satisfaction. Elle se transforme en un besoin vital dont l’individu ne pourra plus se passer. Un manque se manifestera par une hypersudation, des agitations ainsi que des étourdissements.

Notez que la dépendance à l’alcool est un problème fréquemment observé au quotidien. À cause de cette boisson, les accidents de la circulation augmentent tous les jours, les violences se multiplient… Dangereux pour la santé, l’excès d’alcool est par ailleurs à l’origine de nombreuses maladies graves comme le cancer du foie ou encore du pancréas.

Addiction au café

Le café n’est pas dangereux pour la santé si sa consommation est modérée. Si vous en buvez en quantité raisonnable, elle vous procure assez d’énergie pour affronter la journée. L’excès de caféine peut toutefois conduire à un état de dépendance légère. En effet, la caféine est un stimulant qui agit directement sur le cerveau.

Dans le cas d’une addiction au café, les symptômes de manque sont moindres. Il est quand même préférable de se limiter à cinq tasses de café au quotidien. Ci-après les éventuels effets liés à un excès de caféine :

  • Violence ;
  • Angoisse ;
  • Inquiétude ;
  • Céphalées ;
  • Palpitations ;
  • Problèmes de sommeil ;
  • Vertiges.

Addiction à la nicotine

À l’origine de nombreuses maladies, la cigarette représente un danger pour la santé. À titre illustratif, fumer favorise le cancer de l’appareil du poumon qui est responsable de millions de décès tous les ans.

Principal composant naturel de la cigarette, c’est la nicotine qui crée l’envie de fumer et qui vous rend totalement dépendant. Par contre, ce sont les éléments toxiques présents dans la fumée de tabac qui sont les principaux responsables des maladies respiratoires ou cardiovasculaires. Ces éléments toxiques sont : le monoxyde de carbone (CO), les gaz irritants et les oxydants.

Dépendance aux drogues

La consommation et la vente de drogues sont interdites dans de nombreux pays. Pourtant, malgré les interdictions, les dépendances et addictions à ces substances psychoactives touchent un grand nombre d’individus. Chacune de ces drogues a leur spécificité et leur mode d’absorption. Parmi les plus connues figurent l’héroïne, la marijuana et la cocaïne.

Ces types de drogues agissent de différentes façons dans le corps d’une personne.

En général, les drogues perturbent la bonne coordination des mouvements et le bon fonctionnement de certains organes du corps. Elles ralentissent également les activités intellectuelles en empêchant le cerveau de traiter correctement les informations. La consommation de drogue :

  • Diminue votre attention et votre vigilance ;
  • Entraîne une mauvaise coordination des mouvements ;
  • Ralentis vos réflexes ;
  • Influence vos perceptions visuelle et auditive ;
  • Provoque des hallucinations.

Quelles sont les dépendances et addictions comportementales ?

Ces formes de dépendances et addictions se manifestent par une mauvaise habitude relative à certains comportements. Même si vous ne prenez aucune substance psychoactive, elles déclenchent les mêmes symptômes de manque qu’une personne droguée.

Shutterstock, Inc.

Dépendance aux jeux vidéo

Ce type de dépendance touche principalement les milléniaux et la génération Z. Aujourd’hui, la technologie est bien installée dans la société et chacun peut facilement accéder aux jeux grâce aux appareils connectés ou non.

L’addiction aux jeux est une pathologie peu commune et à la fois préoccupante. En général, une personne est dépendante si elle considère le jeu comme une occupation prioritaire. Le comportement d’un gamer qui passe la majeure partie de son temps devant son écran le conduit à l’addiction.

Les jeux de rôle, multijoueur et en réseau, comptent parmi les premiers facteurs d’addiction aux jeux vidéo. Pour éviter toute dépendance, il est nécessaire de modérer le temps passé devant la console, notamment à l’aide d’un chronomètre.

Les personnes atteintes de cette pathologie peuvent oublier la réalité, ce qui les pousse à un isolement total. Elles négligent parfois la vie en société et perdent toute notion de savoir-vivre.

Sans prise en charge, l’addiction aux jeux vidéo risque tôt ou tard de se transformer en un mal-être profond. Elle incite la personne à se renfermer sur elle-même et à oublier toutes ses obligations. Par exemple, elle n’engage plus de conversation avec son entourage, ne prend plus soin d’elle, ne fait plus attention à son hygiène de vie, etc.

Addiction aux jeux

L’addiction aux jeux est un problème fréquent dans notre société. Elle a plusieurs conséquences, en l’occurrence des problèmes financiers pour le joueur pathologique. En effet, les addicts aux jeux d’argent par exemple ont tendance à vouloir investir plus que ce qu’ils possèdent, ce qui les oblige à s’endetter.

Chaque fois que le joueur subit des pertes, il sera toujours tenté de récupérer la somme perdue. Cette situation devient alors un cercle vicieux. De ce fait, beaucoup de joueurs dépendants aux jeux deviennent rapidement pauvres et endettés.

Submergée par les dettes, la personne peut être amenée à se procurer de l’argent de manière illégale (détournement de fonds, vol, etc.). Parfois, cette conduite addictive peut même pousser au suicide.

Les conséquences affectent également la vie sociale de la personne. Consacrant tout son temps aux jeux, l’individu aura tendance à délaisser ses proches.

Dans la plupart des cas, l’addiction aux jeux entraîne de graves conséquences : 

  • Difficultés professionnelles ;
  • Problèmes conjugaux ;
  • Problèmes familiaux ;
  • Insatisfaction personnelle.

Dépendance alimentaire

L’addiction alimentaire est un véritable problème et ne doit pas être prise à la légère. En général, les personnes diabétiques ou en surpoids sont celles qui souffrent le plus de ce type de dépendance.

Notez toutefois qu’une personne qui a un grand appétit n’est pas forcément dépendante de la nourriture.

Les symptômes et les conséquences de cette addiction sont similaires à ceux des autres pathologies comme :

  • Un manque de contrôle ;
  • Une compulsion ;
  • Un désir incontrôlable de manger, etc.
  • La personne est totalement consciente qu’elle ne doit pas manger au risque d’en subir les conséquences, en particulier une prise de poids. Or, malheureusement, la tentation est plus forte qu’elle.

Addiction au travail

Nul n’est sans savoir que le travail est bénéfique pour la santé. Parfois, il peut même devenir une passion. Il peut toutefois se transformer en addiction et être néfaste pour la santé dans ce cas-là.

La dépendance au travail ou workaholism peut notamment causer une fatigue générale. Une étude française a par ailleurs révélé qu’une personne ne devrait pas travailler plus de 10 heures par jour. Au-delà de cette durée, elle risque de faire un accident vasculaire cérébral (AVC).

Addiction aux nouvelles technologies

L’évolution de la technologie est si impressionnante que parents et enfants sont fascinés par les nouveaux gadgets, applications et logiciels commercialisés chaque année. À l’heure actuelle, nombreuses sont alors les personnes qui développent une dépendance vis-à-vis de ces nouvelles technologies.

Comme pour toute forme de dépendance, les problèmes de santé encourus sont réels, pour ne citer que l’anxiété.

Pour éviter que ces nouveautés ne deviennent une addiction pour les utilisateurs, il est primordial de trouver un moyen de diminuer leur impact sur la vie quotidienne.

Addiction aux réseaux sociaux

Rester en contact avec les proches, nouer des liens avec une nouvelle personne et dépasser les limites géographiques, relayer des informations rapidement… autant d’avantages présentés par les réseaux sociaux.

Néanmoins, les inconvénients sont tout autant nombreux, particulièrement si une addiction se développe. Cette dépendance peut notamment causer un manque de sommeil en raison d’une présence prolongée sur les médias sociaux. 

D’autres conséquences peuvent alors s’ensuivre, notamment une humeur morose et une baisse de productivité.

Mais l’addiction aux réseaux sociaux amène une autre conséquence qui peut être lourde pour celui qui la subit. En effet, elle peut être à l’origine de dépression du fait de la pression à laquelle les utilisateurs hyperconnectés se soumettent, notamment à l’adolescence. Souvent, les internautes tendent à comparer leur vie à celle de leurs amis ou de followers sur les réseaux sociaux. Leur popularité sur les plateformes peut également s’impacter sur leur santé mentale.

Les réseaux sociaux peuvent ainsi constituer un véritable facteur de stress, de crise d’angoisse et d’insomnie, autant de paramètres néfastes à la santé.

Enfin, les médias sociaux empêchent la personne de vivre le moment présent, l’individu étant absorbé dans le monde virtuel.

Dépendance au mobile

De nombreuses personnes sont concernées par cette dépendance. Le sujet pathologique se sent mal à l’aise s’il ne touche pas son téléphone pendant quelques heures seulement. Par conséquent, des symptômes de manque (l’anxiété, etc.) peuvent se manifester. Aujourd’hui, on constate que les personnes absorbées par leur travail sont les plus concernées par cette dépendance.

Addiction à Internet

Tout comme l’utilisateur dépendant des réseaux sociaux, la personne souffrant d’une addiction à Internet passe tout son temps sur la toile. Jusqu’à en oublier ses différentes responsabilités

Addiction au sexe

La dépendance au sexe se manifeste par des envies sexuelles incontrôlées, on parle même d’obsession. En effet, les personnes qui souffrent de cette pathologie pensent continuellement au sexe et parviennent difficilement à s’en détourner. Pousser par une envie folle, elles se sentent alors obligées d’assouvir ce désir quoiqu’il en coûte.

En cas d’abstinence, les effets suivants peuvent apparaître :

  • Insomnie ;
  • Irritabilité ;
  • Tristesse ;
  • Stress.

Cette addiction peut aller jusqu’à perturber complètement la vie sociale et professionnelle de la personne. Elle aura alors des difficultés à se faire des amis et à s’intégrer dans des groupes.

Selon l’avis des spécialistes, l’addiction au sexe se reconnaît par l’association de trois symptômes :

La masturbation excessive : 70 % des personnes dépendantes au sexe la pratiquent régulièrement.

Le remplacement fréquent de partenaire (syndrome de Don Juan).

L’addiction à la pornographie : environ 70 % des personnes addicts au sexe sont aussi dépendants aux films pornographiques.

La personne souffrant de ce problème sera donc toujours à la recherche de nouveau partenaire pour satisfaire ses désirs sexuels.

Comment sortir des dépendances et addictions ?

Arrêter de fumer, contrôler son alimentation, se déconnecter des réseaux, etc. peut s’avérer difficile à réaliser seul.

Nous ne naissons pas égaux, et si certaines personnes arrivent facilement se sortir de leur dépendance, malheureusement, ce n’est pas une généralité. Facteurs sociaux, génétiques, failles psychologiques… il existe de nombreuses causes qui peuvent lier les personnes dépendantes à leur addiction.

Il est important d’en parler à son médecin traitant, il n’est pas là pour vous juger, mais pour vous aider. Il vous conseillera un addictologue qui vous aidera à résoudre vos problèmes d’addiction. Les groupes de paroles, les thérapeutes et des traitements médicamenteux vous aideront à passer l’étape des syndromes de sevrage en douceur.

Plus d’information sur le site du gouvernement : https://solidarites-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/addictions/