Qu’est ce que le syndrome de l’essuie glace ?

Santé Qu'est ce que le syndrome de l'essuie glace ?

Particulièrement fréquente chez les sportifs et en particulier les cyclistes et les coureurs, la pathologie du syndrome de l’essuie-glace est très douloureuse et peut handicaper pendant plusieurs mois. Mais quel est vraiment ce syndrome au nom mystérieux ? D’où provient-il et comment le traiter ?

Qu’est-ce que le syndrome de l’essuie-glace ?

Aussi appelé le syndrome de fascia lata ou le syndrome de la bandelette ilio-tibiale, le syndrome de l’essuie-glace est dû à une inflammation du muscle tenseur de fascia lata. Il s’agit d’un muscle long et fin, qui relie la hanche au tibia, au niveau de la face externe du genou. C’est un muscle qui est utilisé presque en permanence car il maintient le bassin et stabilise la posture lorsque nous nous tenons debout. Lors d’une course, ce muscle tendineux se déplace de la même manière qu’un essuie-glace, d’avant en arrière. Il effectue donc rapidement des flexions et des extensions en même temps que les mouvements du genou et ces frottements répétés du tenseur de fascia lata contre l’os peuvent créer une inflammation. On parle alors d’un conflit tendon-os et on observe parfois l’apparition d’une bursite, une petite poche de liquide inflammatoire. La douleur est tellement forte qu’elle conduit à un arrêt de la pratique sportive jusqu’à ce que le syndrome ait été complètement traité.

On parle bien d’un syndrome et non d’une maladie. La différence entre une maladie et un syndrome est en effet très claire : la maladie est caractérisée par plusieurs symptômes tandis que le syndrome regroupe un ensemble de symptômes ressentis par le patient et qui peuvent être le signe d’une maladie sous-jacente. On peut retrouver le même syndrome associé à plusieurs maladies différentes.

Quelles sont les causes du syndrome de l’essuie-glace ?

Le syndrome de l’essuie-glace peut être provoqué par une pratique intense de sports qui sont dits « à course longue », comme la course à pied ou encore le foot. La douleur du frottement se fait en effet le plus souvent ressentir quand le genou est en position de flexion entre 20° et 30°, un mouvement particulièrement effectué par les coureurs de fond. Mais plusieurs autres facteurs peuvent déclencher cette douleur :

  • Un changement d’équipement (les chaussures par exemple) ou de terrain (passer d’un sol herbeux à un terrain caillouteux.
  • Courir sur un terrain bombé toujours dans le même sens. Comme le sol n’est pas plat, le muscle tenseur force toujours de la même façon contre l’os.
  • Une augmentation de la durée des exercices.
  • L’utilisation d’un matériel usé qui n’est plus adapté.
  • La présence d’antécédents : si vous avez déjà eu une entorse ou une fracture, vous êtes plus enclin à souffrir du syndrome de l’essuie-glace.
  • Des problèmes morphologiques : des pieds tournés vers l’intérieur par exemple, qui forcent le genou à se plier d’une manière non naturelle.
  • Des problèmes de posture, au niveau du bassin ou encore des jambes. Vous pouvez aussi souffrir d’une anomalie génétique des jambes, comme le genu varum.

Pour pouvoir soulager au mieux le syndrome de fascia lata, il faut identifier quelles en sont les causes, et comme celles-ci peuvent être multiples, traiter définitivement les douleurs peut prendre du temps. Il faut souvent opter pour une prise en charge pluridisciplinaire, avec un médecin spécialisé dans le sport et un autre dans la posture.

Quels sont les symptômes de ce syndrome handicapant ?

Le premier symptôme du syndrome de l’essuie-glace est une vive douleur sur la face latérale externe du genou. Celle-ci survient au bout d’environ trois quarts d’heure de pratique sportive, toujours de manière très régulière. Cette douleur au genou est un symptôme qui pourrait amener à différentes pathologies, mais on reconnait le syndrome de l’essuie-glace lorsque la douleur arrive après avoir fait de la course à pied. Le sportif peut pratiquer une autre activité physique et ne pas souffrir alors qu’il ressent une grosse gêne au genou après environ 45 minutes de course. La douleur va peu à peu s’estomper après la pratique sportive et recommencer dès la reprise de l’activité physique. Si vous voyez que vous avez mal au genou de plus en plus rapidement après le début d’un entrainement, cela signifie que le syndrome est en train d’évoluer et que vous devez consulter un spécialiste sportif au plus vite. Au bout d’un mois sans traitement, fascia lata peut vous faire souffrir même au repos et c’est très handicapant. Le syndrome de l’essuie-glace peut également vous faire ressentir de la douleur lors d’une simple palpation.

Comment traiter le syndrome de l’essuie-glace ?

Dans un premier temps, lorsque vous commencez à ressentir des douleurs au bout d’une certaine durée de course, mettez de la glace sur la partie douloureuse pour apaiser l’inflammation et rendez-vous en pharmacie pour vous procurer une pommade anti-inflammatoire. Appliquez celle-ci sur votre genou en massant délicatement et n’oubliez jamais de faire des étirements après vos entraînements.
Vous devez prendre rendez-vous chez un kiné ou un ostéopathe du sport. Au fil des séances, celui-ci va non seulement traiter la zone douloureuse mais aussi tout votre corps afin de le rééquilibrer petit à petit : la posture, le bassin, la position de vos pieds et de vos genoux et même le dos et les épaules. Le syndrome est en effet peut-être dû à des problèmes posturaux et si ce n’est pas le cas, corriger votre équilibre corporel ne peut que l’aider à disparaître au plus vite.

Votre ostéopathe du sport va également vous aider à renforcer les muscles indispensable à la course en vous faisant faire des exercices spécifiques lors des séances : quadriceps, muscles fessiers et ischio-jambiers.

Évitez de refaire du sport pendant une petite semaine après chacun de vos rendez-vous chez l’ostéopathe. Vous pourrez ensuite reprendre progressivement la marche à pied, en y allant tout doucement au début. Choisissez un terrain sans aucun dénivelé et commencez par seulement quelques minutes pour réhabituer votre organisme. Vous pouvez ajouter quelques minutes de pratique supplémentaire à chaque sortie, tant que la douleur ne réapparaît pas.

Si vous avez un problème morphologique plus orienté vers les pieds, il vous orientera vers un podologue. Ce spécialiste pourra vous confectionner des semelles orthopédiques ou vous donner les meilleurs conseils pour rééquilibrer votre posture et modifier votre démarche.

Le traitement du syndrome de l’essuie-glace dure cependant plusieurs mois car il faut manipuler les muscles et les tendons avec douceur lors des séances, pour ne pas les heurter à nouveau. C’est pourquoi vous devez vite prendre rendez-vous avec un spécialiste dès que vous commencez à ressentir les prémices de cette douleur qui se situe juste au-dessus du genou. Il est inutile d’attendre en vous disant que cela va partir tout seul : ce n’est pas le cas et cela va au contraire empirer si vous continuez à pratiquer votre sport.