Cannabis : des effets variables sur le cerveau

Santé Cannabis : des effets variables sur le cerveau

Le cannabis est une substance inscrite sur la liste des stupéfiants et provoque donc des effets psychotropes. Outre un moment hors du temps, le cannabis provoque des effets plus ou moins intenses et durables sur le cerveau. Décryptons les effets variables du cannabis sur le cerveau.

Cannabis et cerveau : une bonne chose ?

Le cannabis, et plus particulièrement le principe actif qui le compose (le THC) va venir procurer un sentiment de détente et de bien-être au consommateur. Le cannabis va également jouer un rôle dans la perception de son environnement, un consommateur pourra ainsi avoir le sentiment de découvrir des saveurs, des odeurs ou de ressentir profondément les notes de musiques qu’il entend.

A noter que, dans les ressentis des amateurs de THC, les effets peuvent être très variables et ainsi aller de l’euphorie totale à un profond apaisement. Des données qui vont dépendre du caractère, de la tolérance de chacun mais aussi de leur niveau de fatigue ou encore leur masse corporelle.

Cependant, il arrive que certains consommateurs ne vivent pas l’expérience de manière aussi positive. Ainsi, un bad trip peut se créer et provoquer un sentiment d’étouffement, faire ressurgir des angoisses ou encore provoquer des vomissements, tremblements et malaises. Bien souvent les adeptes ont en outre très faim après la consommation de THC.

Ces effets constatés chez les consommateurs s’expliquent tout simplement par le fait que le THC du cannabis va venir détourner les récepteurs présents dans les neurones de leurs fonctions principales. Ainsi le cerveau sera détourné de ses fonctions notamment en matière de ressentis cognitif, de plaisir ou de régulation alimentaire.

Cannabis et cerveau : une bonne chose ?

Les différents effets du cannabis sur le cerveau

Ainsi le cannabis a un impact sur le cerveau et plus précisément sur les neurones, une surconsommation de THC entraînant ainsi une dépendance, une diminution de la compréhension et de la mémorisation et des effets sur la motivation et les angoisses du consommateur régulier.

Pour un consommateur plus fragile ou qui souffre déjà des troubles psychologiques, le cannabis risque d’aggraver des maux plus ou moins profond et réveiller ainsi de l’anxiété profonde, favoriser l’isolement, provoquer une grande démotivation générale, priver les consommateurs de sommeil ou encore entraîner des hallucinations effrayantes, un ensemble pouvant parfois mener à la dépression.

Par ailleurs, le THC présente des effets variables en cas de schizophrénie et peut venir aggraver cette pathologie. De plus en plus d’études tendent à prouver que des individus consommant du cannabis ont plus facilement tendance à être sujets à la schizophrénie, le THC venant éveiller un gène présent dans l’organisme des sujets. Cependant, si le stupéfiant pourrait venir favoriser la maladie, il est bon de souligner les études des chercheurs, démontrent que le lien entre schizophrénie et cannabis s’observe chez de jeunes adultes prédisposés à développer cette maladie, le THC agissant comme un catalyseur de la prédisposition génétique mais ne la créant pas.

A noter que pour l’heure, la culture, la consommation ou la revente de cannabis dans l’hexagone est strictement interdite. La seule substance de cannabis disponible en France est le CBD ou cannabidiol, une substance issue de la plante du cannabis mais vidée de ses substances psychotiques, qui ne provoque ainsi pas d’accoutumance, et qui vient bloquer les effets du THC sur le système nerveux et va ainsi en réduire les effets psychoactifs.

Les différents effets du cannabis sur le cerveau

Les effets sont-ils semblables chez tout le monde ?

Les effets du THC sont très variables selon les consommateurs. En effet, chacun va vivre une expérience très différente lors de l’injection de cannabis, allant du grand bonheur à l’isolement en passant par un sentiment de détente et d’apaisement. Les personnes vulnérables ou souffrant d’une pathologie ont tendance à développer davantage d’effets indésirables.

Pour réduire les risques d’accoutumance et les dommages causés dans le cerveau du consommateur, il est préférable d’opter pour le CBD. Ainsi le cannabidiol peut provoquer également une satisfaction à son consommateur et pourrait ainsi aider à réduire une accoutumance à la cigarette ou encore apaiser les angoisses ou les douleurs.

Vous pourrez ainsi véritablement vous soigner avec de l’huile de CBD, une substance issue du chanvre, qui présente des vertus apaisantes et antalgiques. Vous pourrez ainsi soigner votre anxiété ou votre stress, améliorer la qualité de votre sommeil, soigner votre acné ou les inflammations de la peau comme l’eczéma.

De manière plus profonde, l’huile de CBD vient également apaiser les douleurs insoutenables dues à des maladies chroniques comme l’endométriose, l’intestin irritable, la maladie de crohn, la sclérose en plaques ou encore lutter contre des douleurs et inflammations chroniques. Une véritable dose de bonheur, accessible en France pour les personnes qui souhaitent se soigner naturellement et efficacement.

Les effets sont-ils semblables chez tout le monde ?

Source : https://jamanetwork.com/journals/jamapsychiatry/fullarticle/2429551