Santé Spasmophilie : comment éviter les crises ?

Spasmophilie : comment éviter les crises ?

La spasmophilie est une maladie très grave sur laquelle nous avons encore très peu d’informations à ce jour. Il faut dire qu’il s’agit d’un sujet très controversé, ce qui explique pourquoi la maladie n’est pas reconnue dans tous les pays du monde. Cela n’empêche qu’elle est bien réelle, et d’ailleurs elle provoque des crises vraiment graves et impressionnantes. Nous vous proposons donc de lire la suite, pour en apprendre un peu plus sur la spasmophilie et sur les méthodes les plus efficaces permettant d’éviter les crises qu’elle provoque.

Qu’est-ce qu’une crise de spasmophilie ?

Avant toute chose, il faut savoir que la spasmophilie n’est pas une maladie reconnue dans les classifications médicales, que ce soit en France ou ailleurs. Il s’agit pourtant d’une malade grave avec des symptômes qui se manifestent parfois de manière violente. Ces symptômes forment un cercle vicieux qui rendent la maladie difficile à cerner, d’où le dilemme dans lequel se retrouvent les chercheurs.

La spasmophilie se manifeste généralement par trois symptômes la fatigue, l’angoisse et la neurodystonie. C’est une forme légère de tétanie dont les caractéristiques sont assez semblables à celles de plusieurs autres maladies. D’ailleurs, le terme spasmophilie est souvent utilisé en lieu et place de l’expression « crise de tétanie ».

Lorsqu’une personne fait une crise liée à cette maladie, elle fait plusieurs crises d’angoisse accompagnées de difficultés respiratoires. Elle peut avoir une sensation d’oppression, d’hyperventilation ou d’étouffement. A tout cela s’ajoute généralement une tétanie musculaire. Il faut toutefois noter que dans certains cas, les symptômes d’une personne faisant une crise de spasmophilie ressemblent à ceux d’une personne ayant des attaques de panique.

Pour le moment, les chercheurs n’arrivent pas à trouver un accord quant à la classification idéale pour cette maladie. En effet, ils ont encore peu d’informations sur le concept, ce qui explique le manque de documentation scientifique disponible sur le sujet. Toutefois, il est fort probable que d’ici là, du moins avec les informations dont ils disposent, les chercheurs classent la spasmophilie parmi les maladies psychiatriques.

Qu’est-ce qui provoque une crise de spasmophilie ?

Il existe plusieurs facteurs de cause concernant l’apparition des symptômes de la spasmophilie chez une personne. Mais avant, il est important de savoir que cette maladie n’épargne pas vraiment un type de personne en particulier. Toutefois, il s’avère que les personnes ayant entre 15 et 45 ans sont celles qui souffrent le plus souvent de crises d’angoisse. Aussi, les femmes sont plus susceptibles de développer cette maladie, et les pays où l’on rencontre le plus de cas, ce sont les pays développés.

Ainsi, en ce qui concerne les causes de la spasmophilie, elles peuvent être d’origine biologique, génétique, cardio-respiratoire et psychologique. Il y a des théories qui expliquent que cette maladie serait due au stress, à l’angoisse ou à l’anxiété. Par conséquent, plusieurs situations de peur et d’angoisse peuvent provoquer les symptômes de la spasmophilie.

Par la suite, ces symptômes s’amplifient et aggravent encore plus la peur et l’angoisse de départ. C’est pour cette raison qu’on parle de cercle vicieux, car les symptômes de la maladie entretiennent en quelques sortes les causes.

Mis à part cela, il se pourrait également que le manque de magnésium dans notre alimentation puisse favoriser l’apparition de ces troubles. En effet, chez les personnes atteintes de spasmophilie, on remarque que la consommation de magnésium de l’organisme augmente de façon considérable. Cela entraine donc une carence chronique qui ne fait qu’aggraver les symptômes.

Des études ont également montré qu’une fragilité génétique de certains groupes musculaires pouvait provoquer chez certaines personnes vivant dans les pays industrialisés, une prédisposition à souffrir de la spasmophilie. Pour finir, une cause qui n’est sans doute pas négligeable, c’est l’inefficacité du sommeil. Alors si vous souffrez de troubles du sommeil, vous devez éviter de laisser le problème s’aggraver, car autrement, vous pourriez développer les symptômes de la spasmophilie.

Quel est le traitement de la spasmophilie ?

Pour traiter et éliminer les symptômes de la spasmophilie, il est possible de faire recours à une thérapie cognitive et comportementale, ou alors à un traitement médicamenteux à base d’antidépresseurs. Il existe aussi une méthode très efficace, qui peut être utilisée en mode préventif ou curatif. Il s’agit de la libération du plexus solaire.

En effet, le plexus solaire souvent confondu avec le diaphragme, est en quelques sortes le centre de contrôle de nos émotions. Il faut donc veiller à ce qu’il fonctionne toujours normalement et qu’il ne se contracte pas, pour éviter les problèmes comme la spasmophilie.

Dans le cas où les symptômes de cette maladie apparaissent déjà chez un patient, on peut alors en déduire que son plexus solaire est très contracté. Il suffirait donc de débloquer ce dernier pour que l’anxiété provoquée par la spasmophilie disparaisse peu à peu. Dès cet instant, le patient commencera à voir une amélioration de son état de santé et pourra se rétablir complètement s’il continue le traitement.

Le traitement ici est celui qui permettra au patient de débloquer son plexus solaire. C’est un procédé très simple que vous pourrez reproduire tout seul chez vous. Tout d’abord, il faut s’allonger sur le dos, et poser les bras le long du corps. Ensuite, sans forcer et de la manière la plus naturelle possible, inspirez et expirez plusieurs fois.

Lorsque vous êtes détendu, vous passez à l’étape suivante. Elle consiste à inspirer, puis à garder votre souffle et à laisser l’air dans vos poumons. Au même moment, il faudra soulevez les jambes jointes et tendues, et soulevez aussi la tête comme si vous vouliez poser le menton sur la poitrine. Il est important que ces deux mouvements soient effectués de façon simultanée.

Vous devez maintenir cette position quelques secondes, puis relâcher avant d’expirer. Vous pouvez le faire pendant quelques minutes, une ou deux fois par jour. Vous pourrez ainsi débloquer votre plexus solaire et par la même occasion dire adieu aux symptômes de la spasmophilie.

Vous avez désormais toutes les informations nécessaires sur la spasmophilie et sur les crises qu’elle provoque. Alors en cas d’apparition des premiers symptômes, ne perdez pas de temps et contactez au plus vite un professionnel pour savoir quelle méthode de traitement adopter.

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici