L’une des recommandations les plus souvent entendues est d’essayer de surmonter une rupture en cherchant un partenaire de substitution. Créer l’attente de la personne abandonnée qu’elle rencontrera un autre couple plus tard, c’est renforcer l’idée qu’elle ne peut pas réaliser par elle-même ce qu’elle veut. Quelqu’un devrait toujours sembler assumer le rôle de protecteur, pour vous aider à ne pas être seul. De cette façon, il continuera à être un enfant, sans les ressources pour résoudre les problèmes par lui-même, pour se fixer des objectifs, pour satisfaire ses exigences, c’est-à-dire sans être propriétaire de sa propre vie.
Rappelez-vous que la relation que nous essayons de surmonter est aussi un substitut à une relation initiale avec nos parents. Il ne s’agit pas de former une chaîne de substitutions, il s’agit de prendre conscience, de ne pas éviter la rencontre avec soi-même, sans masques qui cachent notre vraie nature.
S’accrocher à l’autre comme support, pour qu’il donne un sens à sa vie, c’est le rendre responsable de ce qu’il doit faire pour lui-même. Rendre quelqu’un d’autre responsable de sa vie est un signe qu’il ne sait pas qui il est et ce qu’il veut vraiment. Développer la capacité de “rencontrer”, de savoir ce que nous cherchons, de travailler sur notre vocation, de décider pour soi-même notre vie pour trouver la solution aux problèmes, pour soi-même, sans obéir à la décision des autres, c’est atteindre la maturité psychique. La liberté de choix doit être une caractéristique fondamentale de l’être humain.
La liberté authentique ne peut être expérimentée tant que l’on n’a pas appris à dominer l’ego. L’ego n’est rien de plus qu’un reflet de ce que les autres voient en vous. Le transcender, c’est ne pas avoir besoin de l’autre pour savoir qui nous sommes, ce dont nous avons besoin et comment nous pouvons réaliser ce que nous nous sommes fixés comme objectif.

Aimer soi-même pour sortir d’une relation toxique

Il ne s’agit pas d’ignorer les erreurs, de justifier les caprices, de faire passer les besoins avant les besoins des autres et de devenir narcissique. S’aimer soi-même, c’est prendre la responsabilité de ses actes, ne pas être trop condescendant envers soi-même, ne pas être trop exigeant.

S’aimer soi-même, c’est se sentir complet dans la solitude, selon Osho. Ne pas avoir besoin l’un de l’autre pour savoir qui nous sommes. Cela s’appelle transcender l’ego, c’est enlever les masques du conditionnement. Le sage hindou fait la différence entre être seul et se sentir seul. Etre seul, c’est l’absence de l’autre, c’est avoir besoin de l’autre pour se sentir en sécurité. La solitude est la présence de soi, c’est se trouver soi-même, c’est être conscient de ce que nous sommes (6).

Nous ne serons prêts à vivre ensemble en couple que si nous sommes prêts à apprendre d’elle, à nous enrichir émotionnellement et intellectuellement de sa communication, sans lui mentir. Exprimer directement nos besoins, nos émotions et nos pensées, sans chercher l’acceptation et sans craindre l’abandon. Des millions de gens restent puérils toute leur vie. Ce sont des adultes par âge chronologique, mais ils ne grandissent jamais psychologiquement. Ils auront toujours besoin l’un de l’autre, ils seront incapables de donner de l’amour. Ils en rêvent, mais ils n’apprennent pas à le connaître. L’amour n’est pas exigé, il n’est pas une obligation, il surgit simplement et peut aussi mourir. L’amour est synonyme de liberté, c’est la perte de la peur d’être soi-même.

L'info santé :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here