Que faut-il savoir sur le CBD ?

Santé Que faut-il savoir sur le CBD ?

Le CBD ou « Cannabidiol » est le principal composant du cannabis non psychotrope. Cela signifie que son utilisation n’entraîne aucune dégradation directe au niveau du système nerveux central. Depuis des générations, cette substance a été considérée comme un remède à diverses maladies. Il peut s’agir de la dépression, des inflammations, de la schizophrénie ou encore du cancer. Le CBD est d’ailleurs commercialisé en toute liberté dans certains pays. Mais le CBD ne présente-t-il pas de danger pour ses consommateurs ?

Le CBD est-il une drogue ?

Le CBD est un des cannabinaoïdes que l’on retrouve en quantité dans les plants de chanvre. Contrairement au THC ou « tétrahydrocannabiol », un autre composant du cannabis, elle n’engendre aucune répercussion au niveau des terminaisons nerveuses. Cette substance ne va pas avoir d’effet sur la perception ni sur l’humeur et les comportements.

Selon certaines études, la prise de CBD n’entraîne pas non plus de défaillance psychique ou psychologique. D’ailleurs, cette substance est désormais légalisée dans de nombreux pays, dont la Suisse, le Canada, l’Allemagne, l’Uruguay ou l’Afrique du Sud.   

Ce qu’il faut savoir sur le CBD, c’est qu’il n’est pas considéré comme étant une drogue. Toutefois, il peut très bien être détecté par un test de dépistage sans que cela soit sanctionné. Le CBD est aussi utilisé par de nombreux producteurs d’e-liquides. Pour en savoir plus sur le CBD et ses dérivés, rendez-vous sur www.cibdol.fr.

Le CBD est désormais présenté dans le commerce sous différentes formes. Par contre, il est recommandé de le consommer avec modération. Bien que la prise de ce cannabidiol n’entraîne aucune dépendance, elle peut provoquer une intoxication.

Le CBD est-il une drogue ?

La consommation de CBD est-elle dangereuse ?

Le chimiste organique Roger Adam a commencé l’isolation du CBD en 1940, mais les fumeurs ne l’ont ingéré qu’à partir du 21e siècle. Mais cette substance présente-telle un risque pour prendre autant de temps afin de devenir comestible ?

Lors de la réunion des spécialistes en pharmacodépendance en novembre 2017, l’OMS a affirmé que « le CBD ne semble présenter aucun danger ». Par la suite, cette organisation a déclaré qu’il n’est pas nécessaire de classer le CBD comme substance réglementée ».

Toutefois, malgré ces affirmations, il est tout de même recommandé de connaître ses différents effets secondaires. Ces derniers sont souvent dus au fait que le consommateur ne suive pas les instructions du médecin. Sachez que la consommation excessive de CBD peut être à l’origine de :

  • La somnolence : pour éviter de commettre des dégâts, veuillez ne pas conduire ou d’effectuer des actions délicates après la prise de CBD ;
  • La sensation de crispation musculaire : causé par la saturation des récepteurs sensibles. Pour prévenir un tel dommage, il est important de bien doser la substance à ingérer.

D’autres conséquences peuvent être causées par une automédication à base de ce cannabidiol. Parmi les choses à savoir sur le CBD, c’est qu’il est toujours primordial de demander l’avis du médecin avant de le consommer. Ce dernier pourra vous prescrire la bonne quantité adaptée à votre situation. En outre, en dépit son action antalgique et antiémétique, il est fortement déconseillé de recourir au CBD si vous êtes enceinte. Sa consommation, comme celle de la cigarette, peut susciter des effets néfastes sur le fœtus.

La consommation de CBD est-elle dangereuse ?

Les bienfaits sont-ils revendiqués par les instances médicales ?

Après des années de traitement du Cannabiol, de nombreux experts ont confirmés les avantages de cette substance. Par contre, il est à noter que seuls deux cannabinaoïdes provenant du chanvre, le CBD et le THC, ont été le sujet d’études scientifiques.

Toutefois, certaines instances médicales mettent en garde contre cette substance. Par exemple, l’agence du Médicament en France ne reconnaît pas encore officiellement le CBD. Par contre, pour le ministère de la Santé, tant que la teneur en THC contenu dans le produit n’est pas supérieure à 0,2 %, l’huile ou le produit à base de CBD ne sera pas considéré comme illégal.

Pour le cas de la France, la consommation de CBD ne devrait être effectuée qu’après prescription du médecin. De ce fait, le cannabidiol ou cannabis thérapeutique peut être recommandé afin d’atténuer les inflammations, d’alléger les douleurs et de soulager le stress. Il est également prescrit pour la réduction d’un état dépressif et peut même agir dans le traitement de l’épilepsie ou de l’Alzheimer. Toutefois, il faut comprendre que le nombre de patients guéris par cette méthode n’est pas encore très important.

Afin d’approfondir les connaissances sur les vertus du CBD, de nombreuses recherches sont toujours en cours. Ces derniers permettront d’analyser et de synthétiser les cannabinaoïdes présents dans l’organisme humain (les endocannabinoides). Si cette étude aboutit, il sera probablement concevable de fabriquer des médicaments certifiés pour lutter contre ces divers troubles.

Les bienfaits sont-ils revendiqués par les instances médicales ?

Qu’en est-il de la législation française ?

Aujourd’hui, plusieurs pays ont décidé de légaliser l’usage du CBD dans les traitements thérapeutiques. Entre autres, aux États-Unis, 17 États ont procédé à la mise en place de lois afin de permettre à de nombreux malades d’accéder au Cannabidiol.

Bien que ces États sont parvenus à éclaircir ce point, la législation française sur le CBD reste, par ailleurs, imprécise. Le nombre de magasins vendant des produits à base de cannabidiol ou de CBD Shop ne cesse pas d’augmenter. En revanche, il n’existe pas de lois officielles qui affirment sa légalisation sur le territoire français.

Toutefois, il est évident que l’Agence National du médicament s’y oppose impérativement. C’est probablement pour cette raison que la France hésite encore à rendre ce produit licite. Par contre, les produits à forte dose de THC sont interdits.

Néanmoins, les dérivés du CBD tels que les e-liquides sont désormais tolérés par la législation française. Cette forme liquide est destinée aux cigarettes électroniques. En effet, ils ont fait sujets d’une dérogation sous quelques conditions. Entre autres, le taux de THC introduit dans ces composants ne doit pas dépasser les 0,2 %.

Ainsi, l’efficacité du CBD est encore douteuse, à cause de l’absence de bienfaits concrets. Certes, les études se poursuivent notamment de nos jours pour déterminer l’élément guérisseur impétré dans le Cannabidiol.

Qu’en est-il de la législation française ?

Source : https://www.drogues.gouv.fr/lessentiel-jeunes-cannabis