Que mettre dans sa trousse à pharmacie de randonnée ?

Santé Que mettre dans sa trousse à pharmacie de randonnée ?

La randonnée est un sport qui comporte généralement un certain nombre de risques. Pour faire face aux longues marches et aux différentes étapes qui l’attendent, le randonneur comptera plusieurs équipements obligatoires. Parmi ceux-ci, une trousse à pharmacie. Elle doit être équipée suivant les besoins de chacun et en fonction de la randonnée à effectuer.

Traiter des problèmes légers pour pouvoir continuer sa randonnée

Etre prévoyant constitue l’une des clés d’une randonnée réussie. Pour cela, il convient de s’équiper du matériel de prévention nécessaire dans sa trousse à pharmacie. Cela permettra de profiter au maximum des bienfaits de cette pratique tout en restant sain et sauf, et ensuite rentrer en bonne santé.

Préventif : bandes de kinésiologie et pansements ampoules

Pour les multiples rôles préventifs des bandes de kinésiologie, il est avisé de les inclure dans une trousse à pharmacie de randonnée. Elles sont adaptées à tous les sports en agissant positivement sur les muscles et articulations. Elles permettent d’éviter déchirures et blessures. De plus, elles résistent à l’humidité et restent intactes même après une douche ou une forte transpiration.

Avec les longues marches effectuées apparaissent les ampoules. Une mauvaise posture des pieds, des chaussures inconfortables ou inadaptées, ou juste des pieds sensibles peuvent en être la cause.

Une trousse à pharmacie de randonnée doit ainsi comporter des pansements anti-ampoules. Les ampoules peuvent s’infecter si elles ne sont pas nettoyées et séchées, puis protégées. Pour cela, les pansements doubles peau sont recommandés étant les mieux adaptés pour éviter les frottements.

Vos médicaments habituels

En partant en randonnée, il est crucial, voire vital, d’emporter avec soi les médicaments habituels prescrits personnellement par son médecin. Ils sont donc à inclure dans sa trousse à pharmacie de randonnée. Cela concerne surtout les randonneurs atteints de maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension, l’asthme, les allergies, l’épilepsie, et autres.

Être atteint de ces maladies n’empêche pas en principe la participation à l’activité. Cela dépend toutefois de la gravité du cas, selon l’avis de son médecin.

Pour les diabétiques, il est important d’emporter une ou plusieurs bandelettes pour contrôler son taux de glycémie, ainsi que de l’insuline en cas d’incident.

Les personnes susceptibles d’allergies doivent également inclure dans leur trousse à pharmacie des antihistaminiques.

Par ailleurs, des sédatifs et des intraveineuses peuvent être indispensables en cas de crise d’épilepsie pour les participants touchés par cette maladie.

Ordonnances, contact d’urgence et coordonnées du médecin traitant … au cas où !

Pour éviter de se perdre dans le dosage des médicaments, il est recommandé d’emporter avec soi les prescriptions du médecin, faciles à lire. Lorsque la fatigue gagne, l’inattention survient et il peut arriver de les confondre.

Les coordonnées du médecin traitant doivent être facilement accessibles et notées clairement. Il est impératif de l’inclure dans la liste des contacts en cas d’urgence.   En cas d’incident, son avis sera requis car il est celui qui connaît les antécédents médicaux du randonneur et de son patient.

Il en est de même des numéros d’urgence : ils doivent être notés clairement et mis en évidence. Dans les situations d’urgence ou de panique, des oublis peuvent survenir. Ces numéros concernent les pompiers, les premiers secours, la gendarmerie, le Service d’Aide Médicale Urgente (SAMU). Cette liste n’est pas exhaustive, elle peut également inclure des numéros d’organismes spécifiques aux lieux de la randonnée.  

Soigner blessures et plaies

Partir en randonnée, c’est partir à l’aventure, affronter les risques, sans les négliger. Ainsi, doter sa trousse à pharmacie du matériel nécessaire pour parer à toute éventualité contribuera à bien aborder cette expérience et en profiter.

Quel matériel ?

En cas de blessures ou de plaies lors d’une randonnée, les premiers soins apportés à la victime se font sur place. Pour couper un pansement, il faut à sa disposition une paire de ciseaux. Une pince à épiler est pratique pour extraire les corps étrangers introduits dans les mains ou pieds.

Pour les grandes plaies ouvertes, une aiguille sous-cutanée est nécessaire pour les coudre, ce qui nécessite toutefois une certaine pratique. Un kit de suture est donc aussi à inclure.

Pour éviter d’infecter les plaies, les soins administrés doivent respecter une bonne hygiène. Du gel désinfectant pour les mains, des gants et compresses stériles, du sparadrap, des bandes et des bandelettes adhésives sont à inclure dans sa trousse à pharmacie de randonnée.

Enfin, en cas de luxation ou de chute, les attelles pour genou ou cheville sont aussi importantes pour immobiliser la partie touchée.

En cas de coup dur : couverture de survie et bandelettes pour sutures

Les accidents et les cas d’urgence font partie des risques en randonnée. Il faut également se prémunir du matériel nécessaire pour faire face à ces situations exceptionnelles.

Ainsi, le matériel indispensable à ne pas oublier dans sa trousse de secours est la couverture de survie.  Cette couverture permet de lutter contre les excès de chaleur, protège du froid, le vent et l’humidité. Parfois, l’intervention des secours demande du temps. Pour se préserver ou préserver un randonneur blessé durant ce temps, cette couverture constitue donc une solution adaptée et pratique.  

En cas de blessure, des bandelettes pour sutures sont utiles. Elles servent à couvrir les larges plaies jusqu’à l’administration de soins adéquats par un professionnel de la santé ou un médecin. Ce matériel constitue un secours d’urgence dans la mesure où les plaies s’infectent et se cicatrisent difficilement si elles restent ouvertes. Ces bandelettes sont légères et peu encombrantes dans la trousse à pharmacie de randonnée.