Pourquoi utiliser un myorelaxant ?

0
100
Myorelaxant

Un myorelaxant est un médicament destiné à décontracter les muscles. Souvent recommandé lors de courbatures, douleurs musculaires et de contraction involontaire, ce type de médicament permet de soulager les muscles. Qu’est-ce qu’un myorelaxant et quand l’utiliser ? Faut-il une ordonnance pour se procurer des myorelaxants ? Faisons le point sur ce médicament, ses contre-indications, les effets secondaires et son efficacité.

Qu’est-ce qu’un myorelaxant et dans quels cas l’utiliser ?

Le terme myorelaxant signifie relaxant musculaire, tout simplement. Il s’agit donc d’un médicament qui agit sur l’ensemble des muscles afin de les détendre et de réduire leur tonicité. Ainsi, les douleurs liées aux contractions musculaires sont soulagée. Mal de dos, courbatures sévères, problèmes de cou et d’articulations… vos muscles sont tendus, à l’étroit et douloureux.

Douleurs dorsales et contractions musculaires

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette douleur. Une contraction réflexe pour protéger le muscle après un étirement excessif, une sous-alimentation ou une fatigue intense du muscle à problème. Les gestes sont restreints et douloureux. C’est là qu’interviennent les relaxants musculaires !

Définition

Aussi appelé “relaxant musculaire”, le myorelaxant détend les muscles pour soulager les tensions liées aux contractures musculaires principalement. Les relaxants musculaires se présentent sous forme de comprimés ou de gélules à avaler, de solutions buvables à diluer avec de l’eau ou de crèmes cutanées.

En médecine du sport et en traumatologie du sport, les médicaments ayant un effet myorelaxant et aident à soulager les douleurs liées aux contractures musculaires sévères. D’après le Dr Jean-Christophe Miniot, médecin du sport à la Clinique Drouot à Paris, “les myorelaxants interviennent au niveau des synapses neuronales du muscle. Ils agissent sur le GABA (acide gamma amino butyrique), un neuro médiateur qui est un inhibiteur de la transmission synaptique. Par ce mécanisme, les myorelaxants inhibent partiellement le passage de l’influx nerveux ce qui amène le muscle à se relâcher”.

Dans quel cas prendre du myorelaxant ?

On peut prendre des myorelaxants quand on a des courbatures, une contracture musculaire ou des douleurs liées à un faux mouvement comme (un torticolis, ou des douleurs lombaires). Le myorelaxant est également prescrit par certains médecins en cas de douleurs neuropathiques qui déclenchent des crises de tonicité musculaire.

Contracture musculaire du mollet

Efficacité du myorelaxant

L’efficacité du myorelaxant est plutôt discutable. En effet, selon plusieurs études médicales, la balance bénéfices risques penche plus vers le risque que vers le bénéfice. L’efficacité réelle n’a pas été démontré. On peut donc estimer qu’il s’agit plutôt d’un effet placebo.

Faut-il avoir une ordonnance pour s’en procurer ?

Faut-il une ordonnance pour les myorelaxants?

Les myorelaxants sont accessibles sans ordonnance, tandis que d’autres ne peuvent pas être vendu librement. Par exemple, l’Atepadene est vendu sans ordonnance, sous forme de gélules. En revanche, le Miorel est vendu avec ordonnance, en gélules ou en solution injectable.

Ses médicaments ne sont pas pris en charge par l’assurance maladie et vous devrez payer la totalité de votre poche, sauf si votre mutuelle prend en charge certains médicaments hors nomenclature.

Mais pourquoi certains myorelaxants sont en vente libre et pas d’autres ? Cela s’explique par les éventuels risques liés à la fréquence des effets secondaires et à la posologie. Par exemple, le médicament Lumirelax est sous ordonnance depuis mai 2022, suite à des nombreux cas de convulsion chez les patients traités.

Les contre-indications et effets secondaires possibles à connaître

Quelles sont les contre indications d'un myorelaxant ?

Les principales contre-indications liées au myorelaxant concerne les femmes enceintes et allaitantes, les personnes ayant des allergies importantes et des antécédents de choc anaphylactique, ainsi que les patients épileptiques. Au niveau des effets secondaires, le plus fréquent reste les troubles digestifs. En effet, les myorelaxants peuvent déclencher des diarrhées, des nausées, de la somnolence et des douleurs à l’estomac. Si vous souffrez de ronflements nocturnes, et par extension d’apnée du sommeil, ne consommez pas de myorelaxant qui aggraverait cette situation.

Curatifs, palliatifs ou préventifs, les myorelaxants aident avant tout à soulager les muscles trop toniques, peu importe la cause de cette tonicité. Un avis médical est bienvenu, surtout si vous avez des antécédents d’épilepsie, le choc allergique ou un autre traitement en cours. De nouvelles mesures ont été prises, afin de limiter les effets secondaires, notamment chez les  personnes ayant déjà subit des convulsions d’origine épileptique ou non.

Quoi qu’il en soit, le myorelaxant est un traitement spontané, qu’on évite de prendre à long terme au vu des effets secondaires et des possibles interactions.