Oxyures : contamination, symptômes et traitement

SantéDouleurOxyures : contamination, symptômes et traitement

Les oxyures sont bien connus de nombreux parents et pour cause, ces petits vers intestinaux envahissent fréquemment les intestins de nos enfants ! En effet, l’oxyurose, cette maladie parasitaire qui se transmet par voie digestive touche chaque année entre 70 et 80 % des enfants. Oxyures : contamination, symptômes et traitement, focus sur la parasitose intestinale la plus répandue.

Comment les oxyures nous contaminent-ils ?

L’oxyurose est une maladie qui touche que les humains et son cycle de contamination est particulièrement efficace :

L’oxyure est un petit vers rond et blanc également appelé Enterobius vermicularis. Le parasite lorsqu’il est présent dans le système digestif se développe très vite. Il passe du stade larvaire au stade adulte en à peine 3 semaines. Après l’accouplement avec le mâle, la femelle migre de l’intestin vers l’anus pour pondre pas moins de 10 000 œufs sur le contour de l’anus (surtout la nuit) avant de mourir.

C’est ainsi que débute la contamination. La présence des œufs est responsable d’un prurit anal, c’est-à-dire le besoin de se gratter. L’enfant souffrant de démangeaisons se gratte et les œufs se retrouvent sur ses mains. S’il ne se lave pas les mains, il se recontamine lui-même en portant ses doigts à la bouche et contamine également son entourage directement ou indirectement.

En effet, les œufs d’oxyures ont la particularité d’être très résistants et ils sont capables de survivre jusqu’à deux semaines à l’extérieur de l’organisme hôte. C’est ainsi que la dissémination des oxyures se fait à la crèche, à l’école, au sein de la fratrie… Les enfants touchent des objets souillés et ingèrent les œufs en mettant à leur tour leurs mains à la bouche.

Les œufs éclosent dans l’estomac, puis les larves migrent dans l’intestin, et le cycle recommence… 

Attention : même si les oxyures contaminent principalement les enfants, les adultes ne sont pas à l’abri d’une infestation !

Quels sont les symptômes d’une oxyurose ?

L’oxyurose lorsque la contamination est minime est asymptomatique. Mais si les vers intestinaux se retrouvent massivement dans les intestins, les symptômes suivants sont révélateurs de la maladie :

  • Le prurit anal : votre enfant se plaint de démangeaisons anales, surtout la nuit quand les femelles pondent leurs œufs. Le grattage peut entraîner des lésions avec un risque de surinfection.
  • Des diarrhées, des nausées, des vomissements et des douleurs abdominales sont possibles.
  • Chez la petite fille, le grattage intensif peut entraîner une inflammation de la vulve (vulvovaginite) et une cystite (par contamination des bactéries naturellement présentes dans le tube digestif).
  • Votre enfant peut changer de comportement : irritabilité, énurésie, cauchemars, agitation…
  • Plus rarement : la présence d’oxyures dans l’appendice peut déclencher une crise d’appendicite.

Si vous constatez la présence des vers parasitaires autour de l’anus ou sur les sous-vêtements de votre enfant, consultez rapidement votre médecin traitant ou votre pédiatre.

Quel traitement prendre contre les oxyures ?

Le médecin confirmera le diagnostic grâce à un examen appelé scotch-test anal. Il s’agit d’un examen à faire à la maison, le matin au réveil, en appliquant un morceau de scotch. Celui-ci va recueillir les œufs, lesquels seront ensuite examinés au laboratoire.

Le médecin prescrit ensuite un médicament antiparasitaire (vermifuge). Pour plus d’efficacité et pour éviter une contamination plus large, la famille est invitée à suivre le même traitement, lequel est à renouveler 3 semaines après la première prise.

Ensuite, chez vous :

  • Nettoyez votre intérieur.
  • Lavez les draps de la famille et tout le linge qui a pu être en contact avec les oxyures à 60 °.
  • Couper les ongles de votre enfant.
  • Demandez à toute la famille de bien se laver les mains chaque fois que cela est nécessaire.
  • Prévenez la crèche ou l’école.