La kinésithérapie pour la rééducation de la hanche

0
77
La kinésithérapie pour la rééducation de la hanche

Après une opération de la hanche ou pour soigner une trochantérite, la kinésithérapie est essentielle pour une bonne rééducation de la hanche. Sans kinésithérapie, la rééducation de la hanche ne serait pas optimale et pourrait même remettre en cause les résultats de l’intervention chirurgicale dans le cas d’une pose de prothèse.

La kinésithérapie, c’est quoi ?

La kinésithérapie, c’est quoi ?

La kinésithérapie consiste à prodiguer des soins de rééducation ou de réadaptation à l’aide d’instruments, de massages et d’exercices de gymnastique spécifiques. Le kinésithérapeute ou masseur-kinésithérapeute soigne des pathologies diverses comme des lombalgies, des entorses, des traumatismes dus à un accident, un handicap, etc.

Son champ d’action est très vaste puisqu’il traite aussi bien des affections respiratoires, cardiovasculaires, des troubles de l’équilibre, neurologiques, et bien d’autres encore, chez les enfants comme chez les personnes âgées et même chez les animaux.

Les kinésithérapeutes peuvent exercer en cabinet médical, à l’hôpital, en maison de retraite, en EHPAD et bien sûr en centre de rééducation.

Rééducation de la hanche : pourquoi c’est important ?

La rééducation thérapeutique est indispensable pour retrouver une bonne mobilité de la hanche et soulager les douleurs.

Cas de rééducation postopératoire d’une prothèse totale de la hanche

Rééducation de la hanche : pourquoi c’est important ?

La pose d’une prothèse totale de hanche est nécessaire en cas de fracture du col du fémur ou lorsque l’arthrose et la nécrose de hanche dégradent l’articulation avec une gêne et une douleur importante. La rééducation de la hanche doit se faire très rapidement après l’opération. Le chirurgien établit alors un protocole de rééducation adapté à chaque patient avec les grandes lignes du traitement et une quinzaine de séances chez le kinésithérapeute.

Après une opération de chirurgie de la hanche, l’absence de rééducation pourrait compromettre le travail du chirurgien. Par contre, si les séances de kinésithérapies sont indispensables, c’est avant tout la participation active du patient qui va favoriser la guérison.

Tout au long du parcours de rééducation, les patients doivent suivre à la lettre les conseils du chirurgien orthopédiste et du kiné et réaliser consciencieusement les exercices d’auto-rééducation à la maison.

Les objectifs de la rééducation sont multiples : soulager la douleur, lutter contre les troubles trophiques (œdèmes, hématomes…), réveiller les muscles des membres inférieurs et retrouver une bonne articulation de la hanche.

Cas de rééducation suite à une trochantérite

La trochantérite, aussi appelée syndrome douloureux du grand trochanter est une pathologie de la hanche très fréquente. Le patient ressent une douleur autour de la hanche qui, à terme, n’est plus soulagée par le repos. Souvent confondue avec la sciatique, la trochantérite est en fait une inflammation des tendons du muscle moyen fessier et de la bourse trochantérienne. Comme toutes les tendinites, la trochantérite n’est donc pas articulaire.

Le travail du kinésithérapeute consiste alors à masser la zone douloureuse et à vous faire faire des mouvements d’étirement dans un premier temps. Une fois la douleur évacuée, le kiné commence les séances de renforcement musculaire.

Conseils pour corriger sa posture et atténuer les douleurs

Tout au long de votre rééducation, prenez de bonnes habitudes posturales qui vous serviront tout au long de votre vie.

Conseils postopératoires pour les prothèses de hanche

Après la pose d’une prothèse de hanche, la reprise de la marche est rapide et l’hospitalisation très courte. Dès le retour à la maison, marchez au moins 20 minutes par jour. Dans un premier temps, vous devrez utiliser des béquilles (environ 15 jours) jusqu’à ce que vous puissiez marcher sans boiterie.

Évitez les mouvements brusques, le port de charges lourdes et les chocs sur la prothèse. Même si les cas de luxations de prothèses sont rares, ils restent possibles tant que le système musculaire n’est pas assez tonique.

Au quotidien, ne vous asseyez pas sur des assises trop basses ou trop molles, ne croisez pas les jambes et évitez de monter le genou au-dessus du niveau de la hanche. Si vous suivez correctement les exercices de rééducation à domicile ou en centre, la douleur devrait très vite disparaître.

Conseils en cas de trochantérite

Pour aider à la bonne cicatrisation du tendon, buvez beaucoup d’eau et consommez des oméga-3, des aliments riches en antioxydants et limitez les aliments gras et sucrés. Éviter tout effort violent pour reposer le muscle, tout en continuant une activité douce (marche ou natation). Essayez de ne pas dormir sur le côté douloureux et ne croisez pas les jambes.

Pour conclure : même si les chirurgiens sont des professionnels de la chirurgie orthopédique, ils ne sont pas magiciens ! Pour que les suites de l’opération se passent à merveille et que vous puissiez reprendre vos activités le plus vite possible, la kinésithérapie de rééducation de la hanche reste incontournable, même si elle n’est pas toujours prescrite après les opérations des hanches.