J’ai un taux élevé de prolactine : puis-je devenir enceinte ?

Santé J'ai un taux élevé de prolactine : puis-je devenir enceinte ?

La prolactine joue un rôle important dans la croissance des glandes mammaires. En effet, c’est grâce à elle que la lactation se déclenche. Ce qui explique qu’une forte dose de cette hormone est sécrétée en fin de grossesse et pendant les semaines qui suivent l’accouchement. Mais en dehors de la grossesse, une surproduction de prolactine dans le sang est anormale. On parle alors de hyperprolactinémie, une pathologie qui peut nuire à votre fertilité si elle n’est pas traitée rapidement. Gros plans !

Un taux de prolactine élevé nuit-il à la fertilité ?

L’hyperprolactinémie figure parmi les quelques causes d’infertilité, tant chez la femme que chez l’homme. L’excès de prolactine dans le sang entraîne une diminution des hormones qui stimulent les cellules sexuelles (gonadotrophines). Or, ces hormones qui sont sécrétées par l’antéhypophyse (c’est-à-dire la partie antérieure de l’hypophyse) jouent un rôle important dans l’ovulation.

En réduisant le nombre d’hormones sexuelles, l’hyperprolactinémie produit une diminution des désirs sexuels. Elle conduit aussi à une absence de menstruation (également appelée aménorrhée) qui constitue une infertilité secondaire chez la femme. Chez les plus jeunes, elle se manifeste par une perturbation du cycle menstruel et une infertilité (absence d’ovulation).

Chez l’homme, les effets de l’augmentation excessive du taux de prolactine sont nettement plus importants. Des seins apparaissent (c’est ce que l’on appelle gynécomastie) et du lait sort par les mamelons. À cela s’ajoutent une baisse de la libido, l’impuissance et l’infertilité.

Quelles solutions pour les femmes qui désirent tomber enceinte ?

Ne paniquez pas, l’hyperprolactinémie peut être traitée ! En effet, il existe des médicaments qui permettent de ramener la prolactine à un taux normal. Selon les laboratoires, le taux de cette hormone hypophysaire dans le sang ne devrait pas dépasser le seuil d’environ 20 à 30 ng/ml

Une fois que le traitement commence, la grossesse peut être envisagée. Toutefois, il convient de mettre fin à la prise de médicaments lorsqu’elle est effective et ce, pour ne pas endommager le fœtus.

Vous noterez que l’hyperprolactinémie n’interdit pas une mère d’allaiter son enfant. Au besoin, un traitement pharmacologique peut être prescrit.

Quelles sont les causes de l’hyperprolactinémie ?

Même si la grossesse et l’allaitement sont considérés comme étant les premiers responsables des taux élevés de prolactine, d’autres facteurs physiologiques sont également mis en cause. On peut entre autres citer le stress, le sommeil, les rapports sexuels, la stimulation des mamelons, ainsi qu’une alimentation riche en protéines et en graisses.

Les troubles d’hyperprolactinémie peuvent aussi résulter de la prise de certains médicaments. Parfois, il suffit d’interrompre le traitement médicamenteux pour réguler le taux de prolactine et faire disparaître tous les symptômes. Les principaux médicaments responsables de ce trouble sont :

  • Les antidépresseurs tricycliques ;
  • Les neuroleptiques ;
  • Les œstrogènes à forte dose ;
  • Certains antihistaminiques ;
  • Certains hypertenseurs ;
  • Les morphiniques.

En outre, diverses pathologies peuvent également faire augmenter le taux de prolactine. On peut notamment citer :

  • L’hypothyroïdie ;
  • L’insuffisance rénale sévère ;
  • Le syndrome de Cushing ;
  • Le syndrome des ovaires micropolykystiques ou SOPK ;
  • D’autres tumeurs ou lésions de l’hypothalamus.

Grossesse et tumeurs hypophysaires

Parmi les causes les plus fréquentes de l’hyperprolactinémie figurent les micro-adénomes ou tumeurs hypophysaires. Ces dernières sont bénignes lorsque leur taille n’excède pas 10 mm. En effet, elles évoluent lentement.

En revanche, bien que rares, les macro-adénomes dont la taille dépasse les 10 mm sécrètent plus de prolactines. Ils sont généralement accompagnés par des maux de tête, des symptômes ophtalmologiques (champ de vision restreint), et des hormones hypophysaires déficitaires. En général, les maux de tête ainsi que la perte de vision sont dus à la forte pression que la tumeur exerce sur certains nerfs.

En ayant recours à un traitement pharmacologique, votre taux de prolactine peut se stabiliser, et toutes les fonctions sexuelles peuvent revenir à la normale. Votre grossesse peut ainsi avoir lieu sans problème. Toutefois, pour éviter la croissance des prolactines, la surveillance de votre état de santé doit se faire de manière stricte.

Dans la majorité des cas, un traitement pharmacologique suffit pour lutter contre ces tumeurs. Si jamais le traitement échoue, ou que les tumeurs compriment le nerf optique, une opération chirurgicale peut être nécessaire.

Source : https://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/pituitary-gland-tumour/signs-and-symptoms/?region=qc