Qu’est-ce que

La fibrose pulmonaire est un état dans lequel le tissu des poumons guérit et devient donc épais et dur. Cela rend la respiration difficile et le sang risque de ne pas recevoir assez d’oxygène.

Lorsque les experts effectuent des analyses de la fonction pulmonaire par spirométrie, ils peuvent rencontrer des limitations pulmonaires et des modifications dans l’échange habituel de gaz effectué par le poumon.

Causes

Leurs causes sont encore inconnues et les experts continuent de les étudier. Cependant, il existe certains risques qui contribuent à promouvoir cette maladie, par exemple, le tabac. Selon le nombre de cigarettes fumées par jour et le nombre d’années de tabagisme, le risque de développer une fibrose pulmonaire varie.

Un lien a également été établi avec certains médicaments courants, comme les antidépresseurs, mais les experts ne savent pas pourquoi.

Une autre raison peut être le reflux chronique d’acide gastrique dans les voies respiratoires. Il y a aussi des causes environnementales, tant en milieu rural qu’en milieu urbain.

L’exposition à certaines substances comme la sciure de bois, l’acier, le plomb, le laiton ou le bois de pin est également associée au développement de cette maladie.

Symptômes

Les symptômes sont très variables. Le patient peut ne présenter aucun signe ou ressentir une sensation d’étouffement lorsqu’il exerce un effort.

Généralement, le premier symptôme est la dyspnée lors de l’exécution d’exercices de base qui ne nécessitent pas beaucoup de travail, comme la marche.

Elle est souvent accompagnée d’une toux (habituellement la nuit) qui peut être sèche ou accompagnée de mucosités. La fatigue, la perte de poids ou des douleurs musculaires et articulaires sont d’autres signes que vous pouvez souffrir de cette condition.

Prévention

Comme les causes exactes de cette affection ne sont pas connues, aucun protocole n’est disponible pour prévenir son apparition.

Toutefois, des mesures générales peuvent être prises pour améliorer la condition physique et gérer les symptômes qui surviennent, comme cesser de fumer ou faire de l’exercice régulièrement.

La fibrose pulmonaire est incluse dans les maladies pulmonaires interstitielles. Actuellement, grâce aux biopsies pulmonaires, quatre types de pneumonies interstitielles peuvent être différenciées.

Pneumopathie interstitielle habituelle : Plus fréquente chez les hommes. Leur pronostic est mauvais et le taux de mortalité après 5 et 10 ans de diagnostic est respectivement de 43 % et 15 %.

Pneumopathie interstitielle écaillée : 90 pour cent des patients atteints de cette affection sont des fumeurs. Contrairement à d’autres, les personnes qui en souffrent ont tendance à être plus jeunes et ont une bonne évolution clinique.

Pneumopathie interstitielle aiguë : Il s’agit d’une affection qui évolue rapidement, entraînant même une dyspnée ou une hypoxie (manque d’oxygène).

Pneumopathie interstitielle non spécifique : Peut être causée par une réaction à certains médicaments, associée à une maladie pulmonaire, ou avoir une cause inconnue.

Diagnostic

Le diagnostic est fait par un examen clinique complet, des radiographies pulmonaires, une tomodensitométrie et, pour terminer, une biopsie pour éliminer d’autres maladies.

Traitements

Comme il s’agit d’une maladie dont les causes sont encore inconnues, il n’a pas été possible d’établir un protocole commun pour son traitement.

Les médicaments d’ordonnance comprennent les corticostéroïdes. Entre 10 et 30 pour cent des patients montrent une amélioration après ce traitement.

Il est peu probable que la maladie disparaisse grâce à ces médicaments, mais elle peut entraîner des améliorations chez les patients.

D’autres formes de traitement souvent prescrites par les experts sont la pyrphénidone (utilisée spécifiquement pour traiter la fibrose pulmonaire et prise par voie orale) ou le nintedanib, utilisé dans le traitement de la même maladie et appartenant au groupe des inhibiteurs des kinases.

Autres informations

La fibrose pulmonaire est une maladie qui touche généralement les personnes d’âge moyen et les personnes âgées et dont l’évolution varie selon les patients : certains cas ne progressent pas pratiquement au cours des années alors que d’autres évoluent rapidement, étant les cas les plus dangereux, le diagnostic précoce est donc essentiel.

L'info santé :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here