Les douleurs articulaires : comment les reconnaître ?

SantéDouleurLes douleurs articulaires : comment les reconnaître ?

Avec environ 400 articulations dans le corps, qui n’a jamais ressenti une douleur articulaire ? D’ailleurs, un sondage Ifop mené en 2016 démontre que plus de 9 Français sur 10 ont déjà ressenti une douleur articulaire. Mais s’agit-il vraiment d’une douleur articulaire ? Comment reconnaitre ce type de douleur ?

Comment reconnaître des douleurs articulaires ?

Une articulation est une zone de jonction entre deux ou plusieurs os. Elle est donc extrêmement sollicitée. Les articulations sont entourées de cartilage, de liquide synovial et de ligaments, entre autres, afin de faciliter la mobilité. N’importe qui peut souffrir d’arthrite ou d’arthrose, c’est-à-dire de douleur articulaire. Quelle différence entre ces deux types de douleurs ?

  • L’arthrite est une douleur articulaire d’origine inflammatoire. On la reconnait, car l’articulation devient rouge, enfle et réveille le patient la nuit.
  • L’arthrose est une maladie d’origine mécanique déclenchée par le vieillissement ou l’usure du cartilage chez les sportifs, par exemple.

Ce type de douleur peut apparaitre brutalement ou de façon progressive, aux dépens de la cause. Dans la majorité des cas, la douleur articulaire est ressentie lorsque le corps est au repos, contrairement aux douleurs musculaires qu’on ressent plus “à chaud”. Les symptômes sont les suivants : raideur de l’articulation après une période de repos, rougeur, gonflement, sensation de chaleur, diminution ou perte de mobilité au niveau de l’articulation.

Comme on peut le lire actuellement dans toute boutique de cbd en ligne, les douleurs articulaires sont majoritairement dues à des états inflammatoires, des maladies auto-immunes ou au vieillissement. À long terme, ces douleurs créent une gêne au quotidien et il faut trouver un moyen de se soulager.

Source : shutterstock.com

Qu’est-ce qui les provoque ?

Les douleurs articulaires sont provoquées par :

  • Un traumatisme ou des microtraumatismes répétés : les accidents, les chutes, les mouvements brutaux répétés peuvent déclencher des douleurs articulaires.
  • Une inflammation : l’inflammation localisée sur l’articulation est douloureuse. Une arthrite peut toutefois être confondue avec une tendinite (inflammation des tendons).
  • Un problème mécanique : il s’agit principalement des malformations ou de l’usure du cartilage liée au vieillissement. Après 50 ans, les articulations deviennent naturellement douloureuses pour la majorité de la population.
  • Une infection : certains virus comme la grippe ou le chikungunya peuvent entrainer des douleurs articulaires.
  • Un dépôt de cristaux : on parle souvent la crise de goutte. Des cristaux d’urate de sodium se déposent au niveau de l’articulation, ce qui est douloureux lorsqu’elle est mobilisée.

En cas de douleur localisée à une seule articulation, on peut en déduire que l’origine de cette douleur est inflammatoire, traumatique, voire mécanique. En revanche, une douleur généralisée à toutes les articulations laisserait penser à une origine virale. Toutefois, il est primordial de consulter un médecin pour obtenir un réel diagnostique, afin de vous diriger vers le meilleur traitement possible.

Qu'est-ce qui les provoque ? 
Source : shutterstock.com

Comment soulager les douleurs des articulations ?

La façon de soulager des douleurs articulaires varie en fonction de la cause. Quoi qu’il en soit, la priorité est le repos. Une prise d’antidouleur est parfois nécessaire et la douleur cesse. En cas d traumatisme léger, on peut appliquer de la glace sur l’articulation. La surélévation du membre concerné ainsi que l’application d’un bandage compressé peut aider à la rémission.

En cas d’inflammation (arthrite) ou d’usure mécanique (arthrose), on conseille en revanche d’appliquer une source de chaleur sur l’articulation afin de réduire la tension musculaire qui peut impacter l’articulation. Si ces douleurs sont dues à des maladies chroniques comme la polyarthrite ou spondylarthrite, le médecin prescrit des antidouleurs plus efficaces, en plus de traitements spécifiques à la maladie en cause (comme les injections sous cutanées d’adalimunab ou de certolizumab en cas de spondylarthrite ankylosante). En outre, des séances de kinésithérapie peuvent être prescrites pour renforcer l’ensemble des muscles, afin d’éviter une aggravation de la situation.

Plus récemment, les traitements à base de chanvre thérapeutique ont démontré une efficacité sur certaines douleurs, dont les douleurs musculaires. Néanmoins, cannabis médical n’est pas encore démocratisé en France. En effet, il contient plusieurs cannabinoïdes dont du THC (molécule psychoactive, interdite à la consommation). Vous pouvez tout de même essayer, avec accord de votre médecin, l’huile de CBD. Il s’agit d’un cannabinoïde non psychoactif avec des vertus antidouleurs et anti-inflammatoires. Enfin, le corps médical peut vous proposer une thérapie par TENS, un appareil de neurostimulation transcutané électrique qui permet une meilleure gestion de la douleur.