Déformation du crâne de bébé : nos conseils

Santé Déformation du crâne de bébé : nos conseils

Ces dernières années, nombreuses sont les pathologies qui affectent la santé de certains nourrissons. Parmi elles, la plagiocéphalie. Elle se développe parfois in-utéro, mais le plus souvent pendant les deux premiers mois après la naissance du bébé. Il y a dix ans, la plagiocéphalie n’affectait que très peu de nourrissons. Aujourd’hui, force est de constater qu’elle a pris d’autres proportions.

Cette pathologie provoquant la déformation du crâne du nourrisson est très souvent provoquée par le fait de faire dormir votre enfant dans la même position. Cependant, elle n’entrave en rien la croissance de son cerveau ni son développement de façon générale. Mais concrètement quelles sont les causes de la plagiocéphalie ? Comment la prévenir ? Comment la guérir ? Décryptage !

La plagiocéphalie, qu’est-ce que c’est ?

Encore appelée syndrome de la tête plate chez le bébé, la plagiocéphalie est une déformation du crâne du nourrisson qui se caractérise par un aplatissement à l’arrière de ce dernier, ou sur un côté. Encore désignée par l’appellation « déformation crânienne positionnelle » par les spécialistes, la plagiocéphalie provoque chez certains bébés une prépondérance du front.

La déformation crânienne positionnelle peut se développer dans l’utérus de la mère, mais le plus souvent c’est après la naissance du bébé qu’elle s’observe. Comme nous le verrons plus loin, les causes de la plagiocéphalie peuvent être diverses, même si la principale d’entre elles est relative à la position dans laquelle vous couchez votre nouveau-né.

Lorsqu’il n’est pas rapidement pris en charge, le syndrome de la tête plate peut être définitif et provoquer une asymétrie de la mâchoire ou dans certains cas, favoriser la survenue d’une scoliose. Selon une étude canadienne réalisée en 2013, 46% des nourrissons de 2 mois sont affectés par la plagiocéphalie, contre 22% en 2004.

De toute évidence, elle a connu une montée en puissance sur quelques années et affecterait plutôt les bébés de sexe masculin. Selon le chiropracteur Vincent Renard, cette propension à la plagiocéphalie dans le rang des nourrissons masculins serait due à leur poids ; les bébés de sexe féminin étant plus toniques avec un poids plus faible.

palpation de la tête du nourrisson plagiocéphalie

Les séances d’ostéopathie pour corriger la plagiocéphalie ?

La consultation chez un ostéopathe devient nécessaire si vous n’arrivez pas à prévenir les facteurs de risque et que la déformation crânienne positionnelle se manifeste déjà. L’ostéopathe est un professionnel qui pratique l’ostéopathie ; une médecine manuelle de première intention.

S’agissant de la plagiocéphalie, l’ostéopathe peut intervenir à tout moment, à la suite d’une opération chirurgicale, en complément des séances de kinésithérapie et pour le traitement même de la déformation crânienne.

En consultant régulièrement ce professionnel dès l’apparition des premiers signes de plagiocéphalie, il pourra prévenir et corriger les dysfonctions crâniennes de votre bébé. Mieux, sachant que le torticolis est parfois associé à cette pathologie, l’ostéopathe pourra intervenir en rétablissant l’équilibre du système myofascial qui avait été sérieusement mis à contribution.

Grâce à des consultations en ostéopathie, vous pourrez prévenir le dysfonctionnement des sutures, celles-ci ayant un rôle stratégique dans l’articulation des os, la croissance du crâne et l’absorption des chocs. En amont de tout ceci, le thérapeute vous recevra en consultation et procédera à un examen en détail de la voûte crânienne, du degré d’asymétrie faciale et corporelle, de la position des oreilles.

Aussi devra-t-il, selon les circonstances, à la suite de cet examen, procéder également à un examen palpatoire. Ceci a pour but d’identifier les sutures qui sont habituellement mobiles pendant le cycle respiratoire, et celles dont la mobilité est limitée ou absente suite à des postures anormales.

Quelles sont les causes de la déformation crânienne positionnelle ?

La plagiocéphalie survient le plus souvent à cause de la fragilité de la tête de bébé à sa naissance et des positions dans lesquelles vous le couchez. En effet, à la naissance, le crâne des bébés est particulièrement mou et malléable.

Le passage de la tête par le vagin au moment de l’accouchement est alors facilité. À ce moment, vous observerez une légère déformation du crâne du nouveau-né. Mais au bout de quelques semaines, le crâne reprend sa forme normale.

Cependant, il arrive parfois que certaines déformations s’aggravent. C’est notamment le cas lorsque vous couchez votre nourrisson sur le dos, ou sur un même côté. Les muscles de son cou étant encore faibles à la naissance, la tête de votre bébé bascule d’un côté ou de l’autre pendant son sommeil. S’il dort sur le même côté, l’os à l’arrière de son oreille s’aplatira progressivement.

bébé qui dort

D’ailleurs, les spécialistes observent une augmentation du nombre de cas de plagiocéphalie, depuis que le sommeil sur le dos a été préconisé comme position phare pour éviter la mort soudaine du nourrisson. Il n’en demeure pas moins que cette position recommandée depuis les années 1990 par les pédiatres et autorités de santé a permis de réduire de 76% le risque de mortalité des bébés (rapport de la Haute Autorité de Santé, mars 2020).

Compte tenu de tout cela, nous vous conseillons de varier l’appui de tête de bébé à sa naissance, sachant que pour un nouveau-né, le poids de la tête est plus lourd que le reste du corps.

Peut-on prévenir cette pathologie ?

Il est possible de prévenir la plagiocéphalie. Si vous en connaissez les facteurs de risques, vous pouvez en effet adopter des habitudes quotidiennes et éviter certaines postures et habitudes pendant la grossesse, pendant et après l’accouchement.

Au nombre des principaux facteurs de risque de cette pathologie, figure :

  • Le sexe masculin
  • La première grossesse de la mère
  • Les cas de grossesse gémellaire ou multiple
  • Le positionnement bas du bébé et le mauvais engagement de sa tête au moment de l’accouchement
  • Les contractions fréquentes pendant l’accouchement
  • Un accouchement long
  • La position pendant l’allaitement
  • L’hypotonie

Des conseils simples et l’adoption de certains gestes permettent de prévenir la plagiocéphalie. Le plus important est d’alterner les appuis crâniens dès la naissance du bébé, afin que le même côté de sa tête ne soit pas trop mis à contribution. Aussi, vous devez identifier les éléments de votre maison et de votre quotidien qui orientent toujours votre bébé vers un même côté, une même position.