Comment faire un scotch-test ?

SantéDouleurComment faire un scotch-test ?

Après avoir trouvé des petits œufs sur les sous-vêtements de votre enfant, vous êtes allé consulter un médecin ou un pédiatre. Si ces œufs qui colonisent le pourtour de l’anus sont typiques des oxyures, pour confirmer le diagnostic il vous a prescrit un scotch-test anal. Qu’est-ce que c’est ? Comment faire un scotch-test ? Total Santé vous explique comment détecter une oxyurose chez votre enfant et comment la traiter !

Comment faire un scotch-test pour détecter des oxyures ?

Les oxyures peuvent être détectés par la simple observation. Les petits vers intestinaux blancs et ronds de 1 cm de long environ se retrouvent sur le bord de l’anus, dans les selles ou sur le fond des sous-vêtements. Mais, comme ils ne sont pas présents dans les matières fécales, il est plus difficile de détecter la présence des œufs parasitaires. Seul un scotch-test anal peut mettre en évidence la présence d’oxyures dans le tube digestif.

Le scotch-test, également appelé test de Graham ou test à la cellophane adhésive de Graham consiste à effectuer un prélèvement des parasites intestinaux sur la surface de l’anus.

Deux techniques sont possibles pour faire un scotch-test :

  • Soit vous appliquez le morceau de ruban adhésif directement sur les bords de l’anus que vous aurez déplissé au maximum.
  • Soit la bande adhésive est préalablement collée sur un tube à essai ou le dos d’une cuillère, voire même votre doigt pour venir récolter les œufs sur la région anale.

Quelle que soit la solution choisie, cet examen doit se faire le matin, à jeun et avant toute toilette.

Le prélèvement du scotch-test anal sera ensuite envoyé en laboratoire d’analyse pour être examiné au microscope.

Si le diagnostic est confirmé, votre médecin vous prescrira un traitement antiparasitaire, c’est-à-dire un vermifuge.

Qu’est-ce que l’oxyurose ?

Les oxyures sont responsables d’une parasitose intestinale très fréquente en France, à savoir l’oxyurose qui touche essentiellement les enfants.

Les oxyures ont la faculté de pondre beaucoup d’œufs avant de mourir. Leur mode de contamination explique leur grande prolifération au sein d’une fratrie ou de la collectivité (crèche, école) que fréquentent vos enfants.

En effet, lorsque la femelle descend de l’intestin à l’anus pour pondre, elle provoque un prurit anal qui est une envie de se gratter. Comme la femelle parasite pond surtout la nuit, l’enfant se gratte, mais ne se lève pas pour aller se laver les mains (s’il le peut, le parasite intestinal touche aussi les plus jeunes enfants). Il suffit qu’il les porte à sa bouche pour qu’il se recontamine. Les petits œufs viennent également le loger sous les ongles et finissent par se déposer sur un jouet ou quelques objets. Les autres enfants (ou les adultes) touchent à leur tour la surface contaminée et ingèrent les œufs à leur insu.

Comment détecter la présence d’oxyures ?

Outre le scotch-test anal, certains symptômes peuvent vous alerter d’une infestation aux oxyures :

  • Le prurit anal qui provoque des démangeaisons, voire des lésions anales. Mais aussi des insomnies, des cauchemars et un changement de comportement (irritabilité, énurésie, agitation…).
  • Des troubles digestifs comme des diarrhées, des douleurs abdominales, des vomissements ou des nausées.
  • Une inflammation de la vulve chez la petite fille avec parfois une cystite.
  • Plus rarement une crise d’appendicite si les vers se trouvent dans l’appendice.

Toutefois, sachez que le plus souvent la maladie est asymptomatique.

Comment éviter d’avoir des oxyures ?

Même s’il est difficile de tout surveiller, voici quelques moyens de prévention pour éviter d’attraper une oxyurose :

  • Se laver les mains régulièrement ;
  • Changer de sous-vêtements tous les jours ;
  • Ne pas se servir du gant et de la serviette des autres membres de la famille ;
  • Laver les jouets et les draps régulièrement.

Si vous avez constaté la présence des vers parasites, prévenez l’établissement fréquenté par votre enfant pour éviter une contamination plus importante !

source : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/parasitose-oxyurose/que-faire-traitement