Comment est pris en charge le cancer colorectal ?

0
89

Le cancer colorectal est une maladie grave qui provoque la mort de plus de 3000 Belges chaque année. Il se développe dans les cellules localisées au niveau du rectum et aussi dans la majorité des cas, dans les cellules au niveau du colon. Lorsqu’il est diagnostiqué assez tôt et pris en charge, cela augmente considérablement les chances de survie. C’est pour cela qu’il est important d’effectuer un test auprès d’un centre de dépistage dès l’apparition des symptômes (palpitations, présence de sang dans les selles…). Voici comment s’opère la prise en charge du cancer colorectal.

Le dépistage du cancer colorectal dans un centre médical agréé

Le cancer colorectal touche généralement les hommes et les femmes qui ont entre 50 et 70 ans. Les chances pour que des patients plus jeunes en souffrent sont très faibles. Cependant, il est recommandé de faire le dépistage assez tôt dès l’apparition des symptômes, que vous soyez âgé ou plus jeune. Le dépistage permet de détecter la présence de la maladie dans votre corps et de vous proposer le traitement adéquat. Le cancer colorectal ou cancer du côlon se manifeste par la présence d’un sang rouge vif dans les selles.

Toutefois, il faut noter que l’apparition du sang dans les selles peut aussi être due à une crise hémorroïdaire. Ainsi, avec le dépistage du cancer colorectal, vous serez fixé grâce au diagnostic d’un médecin spécialiste. Il est recommandé de faire le dépistage du cancer colorectal dans une clinique d’endoscopie digestive pour bénéficier d’un service sûr et de qualité. Les professionnels de ce centre peuvent aussi vous offrir des traitements en kinésie périnéale, en diététique et nutrition, en anesthésiologie, en obésité et surpoids…

Les palpitations et les troubles intestinaux se retrouvent également sur la liste des signes avant-coureurs qui annoncent le cancer colorectal. Lorsque vous constatez l’apparition de ces signes, rendez-vous auprès d’un spécialiste des maladies de l’appareil digestif pour effectuer des tests immunologiques. Les tests immunologiques permettent de repérer les polypes au stade 0 de la maladie. Généralement, un seul prélèvement de selles est suffisant pour faire les tests immunologiques. Le patient bénéficie d’un kit de dépistage dont le mode d’emploi lui est clairement expliqué avant utilisation.

Le spécialiste peut aussi vous suggérer de faire une coloscopie qui dans la plupart des cas débouche sur le retrait des polypes. La coloscopie est un examen de référence qui va amener le médecin gastro-entérologue à observer la paroi de votre intestin et de votre rectum. Il se sert d’une sonde endoscopique souple pour le réaliser. L’examen est indolore parce qu’il est réalisé sous anesthésie générale. Si vous avez une paroi intestinale fragile, un examen IRM sera nécessaire pour une vue plus complète sur vos intestins.

Une fois les examens terminés, le gastro-entérologue peut aussi vous prodiguer des conseils pour améliorer votre état de santé. Si vous avez une alimentation équilibrée et vous vous adonnez régulièrement à des activités sportives, vous réduisez vos chances de développer le cancer colorectal. Les personnes qui s’hydratent de façon régulière et contrôlent leur taux de glycémie, de cholestérol et de sucre peuvent aussi se mettre à l’abri d’un éventuel cancer du côlon.

dépistage cancer colorectal

Les traitements du cancer colorectal

La chirurgie est l’un des traitements les plus efficaces pour guérir du cancer colorectal. Vous pouvez également avoir recours à la chimiothérapie pour vous débarrasser de cette maladie.

La chirurgie du cancer colorectal

Pour retirer la tumeur, la chirurgie classique est la solution idéale. L’extirpation requiert généralement une ablation du segment du côlon attaqué par la maladie. Dans le cas d’un cancer rectal, l’ablation du rectum est indispensable. Avec un peu de chance, le chirurgien peut réussir à préserver le sphincter. Lorsque l’ablation touche aussi le mésorectum, le risque de rechute devient assez faible.

Des antalgiques sont prescrits aux patients après l’opération pour les aider à soulager les douleurs. Il convient de rappeler que dans le cas d’un cancer rectal, une radiothérapie est généralement recommandée. Elle peut même être associée à la chimiothérapie afin de réduire le volume de la tumeur avant l’ablation. Les effets secondaires de la radiothérapie sont entre autres : l’apparition de rougeurs sur la peau, des sensations de brûlure, une envie brûlante d’uriner…

Faites le choix de la chimiothérapie du cancer colorectal

L’objectif de la chimiothérapie est de réduire les risques de récidive et d’arrondir les chances de survie des patients qui en sont touchés. Les malades qui choisissent de suivre une chimiothérapie se voient administrer une ou plusieurs molécules en fonction du stade de la maladie.

Les cas de cancer colorectal qui comportent des métastases sont astreints à des protocoles différents. Ces protocoles sont choisis après une concertation pluridisciplinaire des médecins traitants et sont proposés aux malades.

Les médecins proposent aussi à certains patients de participer à des essais thérapeutiques. Les effets secondaires des chimiothérapies sont souvent des vomissements, des diarrhées, des frissons, des inflammations de la bouche et des fièvres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici