Nous allons parler de cocaïne , en analysant quelques-unes de ses principales caractéristiques, ainsi que les effets et aspects liés à sa consommation, tout en prenant en compte les différents traitements actuellement utilisés.

Qu’est-ce que la cocaïne

Coca est le nom donné à une drogue récréative très addictive dont le vrai nom est benzoylmethylecgonine .

C’est une drogue illégale qui se classe au deuxième rang des drogues les plus consommées dans le monde après la marijuana.

La coca est obtenue à partir de la plante de coca, une plante habituellement cultivée en Amérique du Sud qui a des propriétés anesthésiantes ;Il augmente et améliore également la circulation sanguine, c’est pourquoi, dans l’Antiquité, il était utilisé comme médicament pour les personnes qui souffraient d’étourdissements à haute altitude. Cependant, de nos jours, il est devenu un composant ludique et incontrôlable, et les effets secondaires peuvent même causer la mort. Il est à noter qu’il s’agit d’une drogue très toxicomanogène, bien au-dessus de ses concurrents les plus directs en termes de pourcentage d’usagers, et ce, parce qu’elle agit directement sur la voie mésolique de notre cerveau. Cela signifie que la vision peut être produite en n’utilisant le médicament que quelques fois et même si la consommation a également été réduite en quantité. Par curiosité, la cocaïne est le produit par lequel le crack est produit.

Les effets de la cocaïne

Il faut noter que le principal effet de la cocaïne est de stimuler la dopamine , qui est un neurotransmetteur situé dans les neurones du cerveau.

Quant à sa consommation, elle se distingue par sa capacité à supprimer la sensation de fatigue et à exalter notre état de ´nimo. Cela augmente aussi la confiance en soi, mais à son tour, la personne perd le contact avec la réalité, augmente son agressivité et produit même une manie de persécution, ce qui peut mener à des réactions violentes avec quiconque autour d’elle.

Par contre, une fois son effet terminé, elle produit généralement de l’agitation et de l’angoisse, ce qui se traduit par un niveau élevé de fatigue et une augmentation de l’agressivité. Il est également fréquent que l’anxiété se développe avec le temps, ainsi que des problèmes de sommeil.

En cas de consommation de fortes doses, des tremblements, des convulsions et même des hallucinations peuvent survenir. En ce qui concerne la section physique, au moment de la consommation, la fréquence cardio-pulmonaire augmente, les pupilles se dilatent et la transpiration augmente. Dans le cas d’une dose élevée, elle peut provoquer un épisode d’hypertension et même augmenter la température corporelle. Il est à noter que la consommation de cocaïne implique une augmentation considérable du risque d’accident vasculaire cérébral, des problèmes pulmonaires apparaissent surtout en cas de tabagisme, augmentent le risque d’infarctus du myocarde, d’infections sanguines et même d’arrêt cardiorespiratoire. Il faut ajouter à cela que dans la plupart des cas, la cocaïne frelatée est consommée, de sorte que la toxicité augmente dangereusement en fonction du produit auquel elle a été mélangée. La cocaïne cause d’autres problèmes graves tels que l’arythmie cardiaque, ainsi que l’apparition d’embolies et d’autres maladies de toutes sortes. Il existe quatre principales voies d’administration de la cocaïne : orale, intraveineuse, pulmonaire et nasale.

  • Cocaïne par voie orale : l’une des formes de consommation les moins fréquentes est la voie orale, c’est-à-dire l’ingestion directe de coca.
  • Cocaïne par voie intraveineuse : en termes de consommation par voie intraveineuse est injecté directement dans le sang de sorte que l’effet est beaucoup plus important que l’option pour d’autres alternatives.
  • Cocaïne par voie pulmonaire : elle est connue comme voie pulmonaire à la consommation de cocaïne inhalée préalablement transformée en fumée, c’est-à-dire quand elle est consommée mélangée au tabac et fumée. Dans ce cas, la fumée atteint les poumons de sorte qu’elle passe dans le sang avec la même intensité que si elle était administrée par voie intraveineuse.
  • Cocaïne par voie nasale < : c’est ce que nous appelons habituellement le sniffing, qui consiste essentiellement à inhaler la poudre de cocaïne directement par le nez, afin que son passage dans le sang se fasse par les membranes nasales. Il est à noter que ce système peut causer de graves problèmes dans la région nasale.

Statistiques de consommation de coca

La consommation de coca est principalement associée aux jeunes de 15 à 35 ans, montrant une croissance préoccupante ces dernières années sur tous les continents.

Il convient de noter que l’Amérique est le continent où la consommation de coca est la plus élevée, l’Europe et l’Asie occupant les deuxième et troisième places.

Selon les dernières enquêtes et études réalisées, par exemple en Espagne, nous nous trouvons être la communauté canarienne la plus consommatrice, avec plus de 180 kg pour 100.000 habitants. Valence occupera la deuxième place avec un peu plus de 170 kg, la Galice passera à la troisième place avec plus de 140 kg, Madrid sera quatrième et bien en dessous du précédent avec moins de 50 kg, et l’Andalousie occupera la cinquième place avec un peu plus de 40 kg pour 100 000 habitants. Tout d’abord, il est très important que le patient reconnaisse sa situation, c’est-à-dire qu’il n’est pas possible d’agir contre toute dépendance si la personne atteinte ne veut pas reconnaître qu’elle en a une. Essentiellement, nous allons devoir envisager deux approches, soit la désintoxication et la non-habitation. En ce qui concerne la désintoxication, l’objectif est évidemment d’arrêter de consommer de la cocaïne, un processus au cours duquel un contrôle médical et un entretien pharmaceutique devraient également être effectués, fondamentalement dans le but d’éviter le redouté syndrome d’abstinence syndrome .

Bien qu’il s’agisse d’une drogue très addictive, il est également vrai que dans l’évolution des patients peuvent être très positifs tant qu’ils suivent les étapes indiquées, et l’un des avantages est qu’elle va progressivement disparaître ; Avec son appétit retrouvé, il commencera à avoir plus envie de dormir et en général il se sentira beaucoup plus stable, donc nous avons là une motivation très importante qui vaut la peine d’être considérée. Ensuite, il faudra procéder à la déshabitation, c’est-à-dire connaître la raison pour laquelle la dépendance se produit chez cette personne en particulier, ce qui devrait établir une thérapie par laquelle nous chercherons à résoudre le problème et, surtout, à redonner confiance au patient en lui-même.

Il est à noter qu’une fois ces deux phases terminées, la prochaine chose à faire est de récupérer la vie du patient, ce qui se traduit par une réinsertion, pour laquelle la dépendance et le b&aacute doivent avoir disparu ;Il s’agit d’un contrôle psychologique grâce auquel vous obtiendrez les outils et le soutien dont vous avez besoin pour développer vos propres capacités et vous réconcilier avec une vie totalement normale et stable avec votre famille et vos proches.

 

L'info santé :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here