En fonction de l’action à obtenir, le médecin décide du type de benzodiazépine.

Les benzodiazépines sont des médicaments qui diminuent l’excitation neuronale et ont un effet antiépileptique, anxiolytique, hypnotique et relaxant musculaire. Ils sont utilisés comme traitement pour :

  • Anxiété généralisée.
  • Insomnie.
  • Phobies.
  • Trouble obsessionnel-compulsif.
  • Troubles affectifs.
  • Schizophrénie.

Certaines urgences psychiatriques, comme l’agitation psychomotrice, le stress environnemental ou les troubles de la personnalité.

Delirium tremens, pour prévenir l’agitation et les convulsions.

“Ils ont même été utilisés dans d’autres domaines de la médecine, comme les maladies chroniques stressantes, le cancer, les altérations cardiovasculaires ou rhumatismales “, explique José María Vázquez, membre pour la Catalogne de la Société espagnole de biopathologie (SEPD).

L’expert ajoute qu’ils sont également utilisés en plus des antidépresseurs, des eutimiseurs, des électroconvulsifs et des antipsychotiques dans le traitement des troubles affectifs et des psychoses.

Il peut également être utilisé pour les processus qui nécessitent une anesthésie (orale ou générale).

Différents types de benzodiazépines

“Selon l’action que vous voulez obtenir, le médecin décide quelle benzodiazépine choisir “, disent Dolores Braquehais, Miquel Bel et Eugeni Bruguera, médecins à la clinique Galatea.

Ces médicaments sont divisés, comme l’explique Sergio Oliveros Calvo, psychiatre et directeur du Groupe Doctor Oliveros :

  • Hydrosoluble et lipisoluble.
  • Action rapide ou lente.
  • Demi-vie, courte et ultra-courte.
  • Puissance élevée ou faible.

“Ainsi, le diazépam, un produit liposoluble de durée de vie moyenne et de faible puissance, sera utilisé comme antiépileptique, anxiolytique et relaxant musculaire, mais pas dans une crise d’anxiété. Dans ces crises, nous utilisons le lorazépam sublingual ou alprazolam, en raison de sa plus grande puissance et de sa rapidité d’action “, explique Oliveros.

Ils peuvent être administrés par voie orale, sublinguale, intramusculaire ou intraveineuse.

 

Risques

“Ce sont des médicaments très utiles, bien tolérés et sûrs “, dit Vázquez. Toutefois, les benzodiazépines ne sont pas sans risque. Les experts de la Clinique Galatea préviennent que les principaux sont liés à son effet déprimant sur le Système Nerveux Central.

Ils peuvent ralentir le fonctionnement psychomoteur, donc ils peuvent provoquer :

  • Somnolence.
  • Difficultés d’attention.
  • Difficulté à se concentrer.

“Ils peuvent donc contribuer à une incidence plus élevée d’accidents, de chutes, etc. En cas de surdosage, ils peuvent même causer une dépression respiratoire entraînant la mort. Exceptionnellement, ils peuvent provoquer des bouleversements paradoxaux (c’est-à-dire l’effet contraire à celui attendu par leur profil de performance) “, ajoutent Braquehais, Bel et Bruguera.

À long terme, ils pourraient augmenter le risque de démence (risque accru de développer la maladie d’Alzheimer) et une augmentation de la mortalité, surtout chez les personnes âgées.

A cela Vázquez ajoute qu'”il existe des études qui montrent le risque de cancer avec l’utilisation prolongée des benzodiazépines.

Tous ces effets indésirables sont renforcés par la consommation d’alcool ou d’autres substances qui ont également un effet dépresseur sur le système nerveux central.

Dépendance

Outre les effets immédiats des benzodiazépines, elles peuvent entraîner une dépendance à moyen et long terme. Les risques découlent de sa capacité à produire une induction enzymatique dans le foie qui se traduit par une tolérance. Par conséquent, pour obtenir le même effet, la dose doit être augmentée progressivement. Mais si son administration est interrompue, le syndrome de sevrage apparaît.

“La dépendance est générée beaucoup plus rapidement par des molécules à action rapide, à forte puissance et à courte durée de vie. Dans ce groupe, nous avons presque tous les hypnotiques (flurazépam, flunitrazépam, midazolam, etc.) et certains anxiolytiques largement utilisés (alprazolam, lorazépam ou bromazépam) parce qu’on croit à tort que, ayant quelques milligrammes, ils sont sans danger quand c’est exactement le contraire. Ils ont peu de milligrammes parce qu’ils sont puissants et, par conséquent, créent une dépendance “, prévient Olivares.

Pour éviter cette dépendance, Vázquez recommande :

  • Éducation des patients : fournir des normes d’hygiène pour le traitement de l’insomnie et de l’anxiété.
  • Diagnostic correct : Toujours traiter la cause nucléaire du problème.

Traitement avec des benzodiazépines spécifiques et à des doses appropriées : selon les besoins du patient.

Prudence dans certaines situations : patients âgés, hépatopathies, polymédication, gestation, dépendance, risque de suicide et autres populations particulières.

Combien de temps pour maintenir le traitement ?

Afin d’éviter les problèmes de dépendance, la durée de traitement recommandée ne doit pas être dépassée. “En cas d’insomnie, les traitements ne devraient pas durer plus de quatre semaines et l’utilisation des benzodiazépines devrait être fractionnée dès que possible. De plus, la suppression abrupte des traitements doit être évitée pour éviter l’effet de rebond “, explique M. Vázquez.

Si ce médicament contre l’anxiété est utilisé, “les traitements devraient durer au maximum 12 semaines, y compris la période de sevrage”, ajoute-t-il.

Noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here